Championnat de France

Deux sparrings partners pour Romain.

Le 11 avril, à Boulogne-sur-Mer, le Calaisien Romain Jacob défendra son titre de champion de France des poids super-plumes pour la quatrième fois. Il sera opposé au Messin Léonus Marie-Françoise. Au cours de cette soirée organisée par le Boxing club de Boulogne, présidé par René Broutta, d’autres combats professionnels sont prévus avec Guillaume Frenois (numéro deux européen), Morgan Duthes et Joffrey Jacob (ABC Calais, ce dernier n’est autre que le frère de Romain), Jean Wliegle et Joseph Mulena (Boulogne).

Afin de préparer au mieux cette cinquième échéance nationale, le pugiliste calaisien croise quotidiennement les gants avec deux sparring-partners. Le premier est un habitué de la salle : il s’agit de l’Equatorien Alex Bone, qui prépare Romain à chacun de ses combats. Vendredi, il a effectué dix reprises intenses avec le fils de Thierry, ex-champion du Monde des super-coqs. L’autre sparring, l’Espagnol Santiago Bustos, repart ce dimanche (31 mars) après deux semaines d’efforts.

En plus de ces mises de gants quotidiennes, Romain Jacob, invaincu en 17 combats professionnels, peaufine sa préparation physique avec son oncle Jacky, tous les matins. D’abord avec du footing, puis avec des séances de musculation. Le tout, en gérant le poids : Romain doit descendre en dessous de la limite des 58,967 kilos, la veille du combat, lors de la pesée. Le championnat de France est prévu en dix reprises de trois minutes.

Romain Jacob – Léonus Marie-Françoise, jeudi 11 avril, salle Danrémont à Boulogne-sur-Mer. Premier coup de gong à 18h. Prix des places: 10, 20 et 40 euros. Location aux cafés: le Balto, le Brazza, le Persan et le New Marine à Boulogne, au café Le Galopeur à Calais.

L’affiche officielle du gala de Boulogne-sur-Mer

La préparation de Romain Jacob a débuté

Le 11 avril à Boulogne-sur-Mer, Romain Jacob défendra pour la quatrième fois son titre de champion de France des poids super-plumes. Il sera opposé au boxeur de Metz, Leonus Marie-Françoise.
Comme à son habitude, Romain a entamé la semaine dernière un cycle de sept semaines de préparation. Il est ainsi tous les matins à la base de voile Tom-Souville puis à la salle Jacques-Jacob où il revient tous les soirs pour travailler les aspects techniques. Rappelons que Romain est invaincu en 17 combats professionnels et qu’il aspire à disputer cette année le championnat d’Europe de la catégorie.
Un autre Calaisien sera à l’affiche du gala boulonnais: le poids légers Morgan Duthes (un combat, un succès) participera au critérium national espoirs.

Romain Jacob :” je suis prêt à affronter Devis Boschiero , le champion d’Europe”

Dimanche matin, l’ABC Calais avait convié ses principaux partenaires pour une amicale réception en l’honneur de Romain Jacob, quatre fois champion de France des super-plumes. La ville de Calais, l’agglomération Cap Calaisis et le conseil général du Pas-de-Calais ont réaffirmé leur soutien dans la boxe calaisienne et se sont tous engagés à suivre Romain sur la voie européenne. Une semaine après sa victoire aux points contre Karim Chakim, Romain Jacob revient sur son éclatante victoire et sur ses perspectives d’avenir.

Romain, vous avez revu votre combat, qu’en pensez-vous avec plusieurs jours de recul ?
“Je suis d’abord satisfait d’avoir gagné. et d’avoir battu Karim avec la manière.. Du point de vue tactique, on avait bien préparé cela à la salle et la formule choisie a bien fonctionné”.
Le combat a-t-il finalement été plus facile que prévu ?
“Non. C’est mon physique qui m’a permis de battre Karim de huit points. C‘était beaucoup plus dur que contre Samir Kasmi, pour mon précédent championnat? J’ai fini plus fatigué”
Cette victoire t’apporte-t-elle plus de confiance?
“Pour tous mes combats, je pars avec l‘état d’esprit du vainqueur. Si je veux gravir l‘étage supérieur, je sais que je vais devoir travailler encore davantage”
Quel est pour toi le prochain défi ?
“Je laisse mon coin gérer ma carrière. Peut-être une nouvelle défense de mon titre. C’est mieux que de piétiner sur six ou huit rounds contre un boxeur étranger qui ne m’apportera rien. Je sais aussi que c’est difficile d’organiser un championnat d’Europe. Avec un championnat de France, je me lancerai dans une nouvelle grosse préparation contre un adversaire de valeur”
Pour une revanche contre Sébastien Cornu, challenger n°1 ?
“Pourquoi pas”.
Mais si l’Europe se présente rapidement, te sens-tu prêt?
“Oui, je suis prêt à affronter Devis Boschiero, champion d’Europe. Avec quatre titre, je pense avoir honorer mon titre. L’Europe semble logique”

Légende photo
De gauche à droite: Olivier Majewciz, vice-président du conseil général du pas-de-calais, Pascal Pestre, adjoint à la ville de Calais, Thierry Jacob, Jacky Jacob, Natacha Bouchart, maire de Calais, Romain Jacob, Philippe Blet, président de l’agglomération Cap Calaisis, Jean-Marc Leroy, adjoint aux sports, Philippe Mignonet, adjoint à l’environnement et Marcel Pidou, adjoint au logement.

Insolite : le maire de Calais debout sur sa chaise !

Cette photo signée de l’ami Régis Delbaere a été prise à la fin du combat de Romain contre Chakim. Que voit-on ? Le sénateur-maire de Calais, debout sur sa chaise, saluant la victoire de son administré ! Un bel exemple de soutien à notre champion de boxe !

La situation mondiale

Qui détient les titres mondiaux de la catégorie de Romain, les super-plumes ? Petit tour d’horizon :
WBC : Gamaliel Diaz (Mexique), 31 ans, 48 combats, 37 victoires, 9 défaites, 2 nuls. 174 cm.
WBA : Takashi Uchiyama (Japon), 33 ans, 19 combats, 18 succès (15 avant la limite), 1 nul. 171 cm.
IBF : Juan Carlos Salgado (Mexique), 27 ans, 29 combats, 26 succès, 1 nul, 1 no contest, 1 défaite. 175 cm.
WBO : Roman Martinez (Porto-Rico), 29 ans, 28 combats, 26 succès, 1 nul, 1 défaite. 171 cm.

Le prochain challenger est…

Au cas où Romain reviendrait sur sa décision d’abandonner le titre de champion de France, son challenger officiel risque bien d‘être Sébastien “Le scorpion” Cornu. Il s’agirait alors d’une revanche puisque c’est contre ce même boxeur que Romain est devenu champion de France, à Calais, en juin 2011. Depuis, Cornu, entraîné par Cédric Laporterie, un ancien de l’ABC Calais, a remporté la coupe de la ligue devant Leonus Marie Françoise et a conquis la ceinture intercontinentale WBF des super-plumes devant le Kenyan David Kiilu. Et Sébastien Cornu a depuis plus d’un an, lancé plusieurs défis à Romain Jacob. A suivre…

Qui est Devis Boschiero, le champion d’Europe ?

Le titre européen des poids super-plumes est détenu par l’Italien Devis Boschiero.
Ce dernier est né le 29 juillet 1981 à Conche, en Vénétie. Agé de 31 ans, il possède 34 combats professionnels dont 32 succès (15 avant la limite), 1 nul et 1 défaite. Il a débuté chez les professionnels en 2004.
Boschiero obtient son premier titre en décembre 2006 en devant champion du Monde Espoir de l’IBF devant le Belge Ermano Fegatilli. Titre qu’il défend une fois avec suvvès devant Ferenc Szabo. En novembre 2007 il devient champion international WBA en battant son compatriote Fabrizio Trotta.
Un an plus tard, il devient champion de l’Union européenne des super-plumes en dominant aux points l’Espagnol Jesus Escalona. Il défend ce titre avec succès contre un autre espagnol, Francesco Nohales en mai 2009. Puis, en août 2010, Devis Boschiero conquiert la ceinture nationale des super-plumes. Il bat par KO au 9e round Ivan Fiorletta. Il défend son titre avec succès une seule fois, par arrêt de l’arbitre au 8e round devant Luigi Mantegna.
L’invaincu transalpin obtient une chance mondiale. Il s’envole pour le Japon où il défie Takahiro Ao, pour le titre WBC des super-plumes. En novembre 2011, il est battu deux juges contre un. La contestation est grande. Et l’avantage du Nippon d‘évoluer à domicile a surement empêché Boschiero de devenir champion du Monde…
Puis, l’Italien devient champion d’Europe des super-plumes en juillet 2012, chez lui, en battant aux points le Belge Ermano Fegatilli, détenteur de la couronne. Fin octobre il a défendu avec succès et toujours aux points, sa ceinture continentale face à son compatriote Antonio De Vitis. A noter que Boschiero a concédé le match nul, chez lui, devant… Alex Bone, le traditionnel sparring-partner de Romain Jacob!
Après son succès contre De Vitis, Boschiero a annoncé dans la presse italienne son intention d’obtenir très vite une chance mondiale. Va-t-il abandonner sa couronne que vise Romain Jacob?
Ci dessous, le lien qui mène à sa video pour le titre mondial

http://www.youtube.com/watch?v=lLuK4CGdBZ0

Un Romain magistral surclasse Karim Chakim

Pour une première à Calypso pour Romain Jacob, la réussite a été totale. Sentant l’importance de l‘événement, les supporters calaisiens se sont déplacés en nombre et on recensait près de 2700 spectateurs au premier coup de gong.
Lors du premier round, Karim Chakim, alors classé n°6 européen commençait sa marche en avant sur Romain. Le Calaisien connaissait parfaitement la tactique de celui qui avait obtenu six titres de champion de France et un titre de l’Union européenne. Prudent, le fils de Thierry tournait, bloquait les coups et remisait.
Derrière ce premier acte sans vainqueur, les spectateurs ont assisté à un cavalier seul du Calaisien qui a remporté tous les rounds suivants. Sa tactique était parfaitement au point et Chakim n’arrivait pas à cadrer le tenant du titre. Au contraire, “Roro” étalait sa supériorité technique en frappant aux bons moments et sous tous les angles. Chakim encaissait, subissait mais ne freinait jamais.
Au début du septième round, un terrible crochet du gauche au foie du Lillois le voyait faire une drôle de grimace. Puis, en fin de huitième round, Romain se déchaînait et il fallait toute la vaillance du challenger (36 ans) pour ne pas être compté par André Pasquier, arbitre du combat.
Romain gérait les deux rounds suivants, et montrait qu’il était au moins aussi fort physiquement que son adversaire. La rançon de l’excellent travail fourni au quotidien pendant sept semaines avec son oncle Jacky. Le verdict des juges était sans surprise : 100-92, 99-91 et 99-91. Le public exultait, le clan Jacob aussi. Romain venait de faire étalage de tout son talent pour obtenir, à 24 ans et après 17 succès, sa plus belle victoire. Désormais, le fils de Thierry devrait être classé dans le top 5 européen et pourra prétendre à une chance continentale pour 2013. Une chose est certaine: il est prêt !

Les autres combats de la soirée

Deux autres combats professionnels complétaient la soirée du championnat de France. Dans la catégorie des poids lourds légers, le Gravelinois Yuri Kalenga a effectué un cavalier seul devant le Tchèque Jindrich Velecky. L‘élève de Jo Kimpuani, désormais invaincu en 13 combats, a montré de belles qualités techniques et notamment une impressionnante puissance des deux bras. Le visiteur allant même au tapis au cinquième round. Une victoire aux points sans contestation.
Le Calaisen Morgan Duthes effectuait ses débuts professionnels devant le Tchèque Miroslav Prochazka. Le fils de David effectuait un sans faute et montrait qu’il tenait la nouvelles distance des quatre reprises de trois minutes. Techniquement supérieur, il l’emportait aux points.
Notons enfin le titre départemental obtenu par Joffrey Jacob, en moins de 75 kilos seniors amateurs.

Romain et Karim au poids

La traditionnelle pesée des boxeurs s’est déroulée ce soir au Casino de Calais. Romain Jacob et Karim Chakim ont tous les deux été pesés au même poids: 58, 650 kgs. La pesée s’est déroulée devant plus de 150 personnes et une très chaude ambiance…

Jacob vs Chakim : le choc des titans

Vendredi soir, chez lui, à Calais, Romain Jacob remet en jeu sa ceinture tricolore des super-plumes pour la troisième fois. L’invaincu calaisien (16 succès) affrontera le redoutable lillois Karim Chakim, six fois détenteur de cette ceinture et ancien champion de l’Union européenne.
Afin de recevoir un public plus nombreux, l’ABC Calais a quitté son antre d’Edgar-Quinet pour le complexe Calypso (2500 places). C‘était là qu’en 2005, le cousin de Romain, Stéphane, avait glané la ceinture WBF des welters.
Ce combat oppose le n°10 au n°6 européen (respectivement Jacob et Chakim). Le vainqueur pourra logiquement prétendre à une chance EBU en 2013. C’est en tout cas l’objectif de Romain Jacob, qui n’a rien négligé durant sa préparation: gros travail physique pour soutenir l’incroyable cadence du Lillois et près de 140 rounds face à trois sparrings partners: Daniel Kodjou, Yvan Mendy et Alex Bone. “La préparation s’est bien passé, sans bobo, expliquait Romain lors de la conférence de presse organisée lundi matin. Après je ne veux pas me mettre trop de pression. Karim reste un boxeur avec deux bras et deux jambes, on verra sur le ring comment ça se passera. Mais je sais que derrière, le vainqueur fera un championnat d’Europe”.
Le clan Jacob, composé de son père, Thierry (ancien champion du Monde WBC des super-coqs) et de son oncle Jacky n’ont rien voulu dire sur la tactique que devra employer le champion en titre. “On a un plan A, et un plan B”, acquiescent-ils malicieusement. Pour Romain, Chakim est le favori de ce combat. “Karim n’a jamais perdu son titre et a été champion UE. C’est lui le favori. On a vu Karim boxer, il marche sur son adversaire et c’est un gros client, le plus dur adversaire de Romain. Mais Romain peut le battre, il est prêt”, détaille Thierry.

En marge de cette soirée, le lourds-légers de l’US Gravelines (12 victoires) Yuri Kalenga sera opposé au Tchèque Jindrich Velecky (19 succès, 17 défaites) tandis que le Calaisien Morgan Duthes effectuera ses débuts pros devant un aute tchèque, Miroslav Prochazka.
Des combats amateurs complèteront l’affiche.

Premier coup de gong prévu à 19 heures.

Romain sur France 3 mercredi ou jeudi

Un reportage est consacré à Romain Jacob dans l‘émission Tout le sport, diffusée sur le réseau national de France 3 tous les soirs, à 20 heures. L‘émission sera diffusée mercredi ou jeudi. Tout le sport réunit chaque sport près de 2 millions de téléspectateurs.
Ci dessous, vous trouverez le lien de l’article consacré au combat de vendredi sur le site spécialisé www.netboxe.fr

http://www.netboxe.com/rep1/page.php?idz=13422

Ci dessous, le lien avec la bande-annonce du combat diffusé en ce moment sur Ma chaine sport, qui retransmettra le combat

http://www.machainesport.fr/?embedCode=ZyaWJzNjqEppNr7X7Ifi-8OeI63rc0Sv

Joffrey Jacob expéditif

Samedi soir à Beuvry, l’ABC Calais avait trois boxeurs engagés dans les championnats amateurs du PAs-de-Calais.
Malgré de bons combats, Thibaut Lebriez et Giovanny Dhondt ont échoué en finale départementale cadet et junior.
En seniors, catégorie des moins de 75 kilos, Joffrey Jacob s’est facilement imposé par jet de l‘éponge au premier round. D’un uppercut du gauche au foie, il envoyait son adversaire au tapis. Ce dernier se relève mais, devant la déferlante de coups, son manager préférait jeter l‘éponge. Le fils de Thierry (21 ans depuis le 2 septembre), affrontera en finale un boxeur de Carvin. Ce combat pour le titre de champion du Pas-de-Calais des poids moyens se déroulera le vendredi 16 novembre, à Calypso, au même programme que le championnat de France de Romain Jacob devant Karim Chakim.

Des boxeurs tchèques pour Duthes et Kalenga

En marge du championnat de France des super-plumes qui opposera le Calaisien et tenant du titre Romain Jacob à son challenger officiel Karim Chakim, le 16 novembre à Calypso, l’ABC Calais proposera deux autres combats professionnels.
Le premier opposera le poids lourd-légers de l’US Gravelines Yuri Kalenga au boxeur tchèque Jindrich Velecky (1m80). Ce dernier possède un palmarès équilibré (19 succès en 36 combats) mais il s’annonce surtout comme un redoutable puncheur : en effet, sur 19 victoires, 18 ont été acquises avant la limite. Invaincu en douze combats professionnels, dont sept abrégés avant la limite, Kalenga, élève de Jo Kimpuani, a remporté la coupe de la Ligue 2012. Le combat prévu en six reprises de trois minutes s’annonce explosif !
Le second combat professionnel permettra au Calaisien Morgan Duthes d’effectuer ses débuts chez les professionnels. Dans un match de quatre reprises, il fera face à un représentant de la République tchèque : Miroslav Prochazka (28 ans, professionnel depuis 2009). Le fils de David, ex-champion de France juniors et ancien professionnel à l’ABC Calais (12 combats pros, huit succès entre 1992 et 1997), boxera dans la catégorie des poids plumes et tentera de donner une suite à une belle carrière amateur où il a plusieurs fois emporté les titres départemental et régional.
Egalement à l’affiche, les amateurs de l’ABC Calais.
Premier coup de gong prévu à 19h30.
La location pour le championnat de France du 16 novembre est ouverte:
Il est possible de réserver ses places : – au café le Galopeur, bvd de l’Egalité à Calais – au café du Minck, quai de la Colonne à Calais – au café des Canaris, avenue de Saint-Exupéry à Calais – au café Chez Adrien, rue du général Margueritte, à Calais – au café Au bon coin, avenue Roger-Salengro, à Calais – au café le Totem, route Nationale à Blériot-Plage
Prix des places : 12 euros (tribune non numérotées), 25 et 40 euros, chaises numérotées.
Attention, les chaises numérotées ne sont disponibles qu’au café Le Galopeur.

L’entraînement de Romain en images (Photos Régis DELBAERE)

Jacob vs Chakim, l’avis de Guillaume Frénois

Le vendredi 16 novembre aura lieu le derby du nord entre Romain Jacob (24 ans, 16 v, 6 k-o) et Karim Chakim (36 ans, 25 v, 7 d, 11 k-o) en championnat de France poids super-plume. Un titre national qu’a remporté il y a quelques années un autre Nordiste : Guillaume Frénois (29 ans, 28 v, 5 k-o). Interrogé sur ce choc, ce dernier nous a confiés : « Je trouve dommage qu’ils se rencontrent pour un championnat de France car, à mes yeux, ils ont tous deux le niveau au-dessus. C’est le duel que les gens veulent voir. Un super combat en perspective ! Honnêtement, je n’ai aucune idée du vainqueur. Ce combat est surtout une bonne chose pour la boxe en France », concluait Guillaume Frénois.

  • Guillaume Frénois est l’actuel champion de l’union européenne ds super-plumes. Il défendra sa couronne contre Anthony Arimany (Arras) le 12 janvier, chez lui, à Saint-Quentin.
    (source: ffboxeasso.fr)

Alex Bone et Yvan Mendy, deux nouveaux sparrings pour Romain

Après une première semaine de mise de gants en compagnie de l’ancien sparring-partner de Mayar Monshipour Daniel Kodjo, Romain Jacob va passer à la vitesse supérieure pendant deux semaines.
En pus du travail physique effectué tous les matins en compagnie de son oncle et entraîneur Jacky, Romain croisera les gants avec deux sparring-partners, tous les soirs, pour des séances de huit à dix reprises. Un entraînement qui doit lui permettre de se préparer au mieux à son combat face au Lillois Karim Chakim, six fois champion de France et ancien champion de l’Union européenne.Le combat se déroulera le vendredi 16 novembre à Calypso.
Alex Bone: L’Equatorien qui vit en Espagne, près de Saragosse, partage l’entraînement de Romain pour la quatrième fois. Boxeur offensif et courageux, il présente des qualités pugilistiques proches de celles de Karim Chakim. Alex Bone est âgé de 27 ans, possède 24 combats professionnels à son actif et vient d’enregistrer deux succès consécutifs. Il a par exemple effectué un match nul devant l’actuel champion d’Europe des super-plumes Devis Boschiero. Il sera présent à Calais durant deux semaines.
Yvan Mendy : le poids super-légers de Ponte-Sainte-Maxence (Oise) possède un superbe palmarès: 29 combats pros, 25 victoires, un nul. A 27 ans, il a réalisé un match nul pour l’obtention du titre national en avril 2011 devant Abdelaye Soukouna et a obtenu en décembre dernier le titre international WBF de sa catégorie. Ce sera la première fois qu’il croise les gants avec Romain Jacob. Il sera présent deux semaines à Calais.

YURI KALENGA A L’AFFICHE DU CHAMPIONNAT DE FRANCE

Le poids lourds de l’US Gravelines Boxe, Yuri Kalenga, sera présent le vendredi 16 novembre, sur le ring du complexe Calypso, à l’occasion du championnat de France qui opposera Romain Jacob à Karim Chakim.
Invaincu en douze combats professionnels, dont sept abrégés avant la limite, l’élève de Jo Kimpuani a remporté la coupe de la Ligue 2012.
Spectaculaire et talentueux, le pugiliste d’origine congolaise a, entre autres, obtenu trois titres d’Afrique amateur et est âgé de 24 ans. Il boxera en six reprises de trois minutes.
Son adversaire sera connu dans les prochains jours. C’est la première fois qu’il boxera à Calais. Un combat à ne pas manquer pour les amateurs de boxe.

Tout savoir sur la location

La location pour le championnat de France du 16 novembre est ouverte:
Il est possible de réserver ses places : – au café le Galopeur, bvd de l’Egalité à Calais – au café du Minck, quai de la Colonne à Calais – au café des Canaris, avenue de Saint-Exupéry à Calais – au café Chez Adrien, rue du général Margueritte, à Calais – au café Au bon coin, avenue Roger-Salengro, à Calais – au café le Totem, route Nationale à Blériot-Plage
Prix des places : 12 euros (tribune non numérotées), 25 et 40 euros, chaises numérotées.
Attention, les chaises numérotées ne sont disponibles qu’au café Le Galopeur.
Pour les personnes ne pouvant se déplacer à Calais et souhaitant réserver par avance, merci d’envoyer un chèque libellé à l’ordre de l’ABC Calais et d’indiquer le nombres de places souhaitées. Elles vous seront envoyées par retour du courrier. Il faut adresser ses demandes au café Le Galopeur, 99 boulevard de l’Egalité, 62100 Calais.

Jacob vs Chakim : un combat pour redorer l’image du noble art

“On dit souvent que la boxe va mal. Là, ce sont les deux meilleurs poids super-plumes qui vont se rencontrer. Pour montrer une belle image de la boxe”, explique Romain Jacob, lors de la conférence de présentation du championnat national qui l’opposera chez lui, à Calais, à son challenger officiel Karim Chakim. L’entraîneur de Chakim poursuit:” le clan Jacob n‘était pas obligé de nous rencontrer. Ils auraient pu prendre un autre challenger et abandonner le titre. Mais au contraire de beaucoup de boxeurs en Europe, ils n‘évitent pas Karim. C’est un combat de niveau européen”. De son côté, Thierry, père de Romain et ancien champion WBC des super-coq (1992) ajoute:” nous avons réfléchit avant de proposer à Karim de venir à Calais. Mais si mon fils veut être le meilleur, il doit battre les meilleurs”. Dans un premier round entre gentlemen, Karim Chakim explique son “envie de battre Romain. C’est un très grand boxeur que j’ai vu plusieurs fois. Le titre de champion, que j’ai déjà eu six fois, m’intéresse moins que le challenge de battre un Jacob à Calais. Je sais qu’il sera soutenu par son public mais je sais aussi que les Calaisiens sauront reconnaître deux boxeurs, qui donneront tout sur le ring”. La conférence de presse de présentation s’est tenue en présence de Pascal Pestre, adjoint calaisien, Guy Allemand, vice-président de l’agglomération et de Philippe Vasseur, conseiller général du Pas-de-Calais:“sans ces trois collectivités, impossible d’organiser un tél événement à Calais”, note Thierry Jacob. Si Romain va se consacrer uniquement à sa préparation pour ce match, Karim va effectuer un combat de préparation, le 12 octobre, à Liévin. “Devant un sud-américain que l’on a choisi avec des caractéristiques proches de Romain”, lance Chakim. Ces deux boxeurs se connaissent par coeur. Charge à leurs entraîneurs de trouver des failles techniques et tactiques pour leur permettre de l’emporter. Mais, quel que soit le vainqueur, il y aura un grand gagnant: la boxe…

De gauche à droite: Philippe Vasseur, conseiller général du Pas-de-Calais, Guy Allemand, vice-président de la communauté d’agglomération Cap Calaisis, Thierry Jacob, Pascal Pestre, adjoint au maire de Calais, Romain Jacob

Chakim :“Romain va être un très gros client”

Karim, quelle a été votre récente actualité?
“Après l’annulation de mon championnat d’Europe, contre le Belge Fegatilli, il me fallait trouver un combat d’envergure, et un adversaire de qualité. Au début, je n’avais pas envie de refaire un championnat de France. J’ai déjà eu le titre six fois. Mais quand j’ai su que je pouvais affronter Romain Jacob, j’ai dit oui. Romain est un grand boxeur, rapide, il a les qualités que j’aime. Il est de plus invaincu et ici, à Calais, il y a une histoire”
Ce choc vous fait envie dirait-on ?
“ Oui. J’ai 36 ans et je ne vais plus me cacher derrière des adversaires de second rang. Je veux finir ma carrière avec de grands combats. Et je préfère être battu par Romain que de me cacher derrière des victoires faciles. Car je compte arrêter la boxe en 2014. Avant, je veux affronter les meilleurs français. D’abord Romain et pourquoi pas ensuite Guillaume Frenois. Et je ne desespère pas avoir une chance européenne”
La différence d‘âge, 36 contre 24 va-t-elle jouer ?
“Il y a des avantages des deux côtés… Romain est rapide et sa jeunesse me posera des problèmes. Mais de mon côté j’ai une certaine expérience et face à lui, j’essaiera de trouver une solution”
Vous allez aussi boxer devant un public acquis à la cause de Jacob…
“Je suis venu plusieurs fois à Calais et j’y ai vu de vrais supporters. Ils ont toujours applaudi les adversaires de Romain et ils sauront reconnaître la valeur de son adversaire. Face au public, c’est plus difficile mais à la fin, je sais qu’il y aura du respect.
Vous allez boxer le 12 octobre à Liévin ?
“Oui, contre un sud-américain, Luiz Garcia. Un adversaire technique, qui ressemble un peu à Jacob”
Le clan Jacob vous considère comme le favori du championnat…
“Oui, on me le dit aussi souvent. Mais Romain m’a impressionné lors de son dernier championnat face à Kasmi. Il est allé à la guerre, il a avancé, lui a marché dessus. Je ne savais pas qu’il savait le faire. Il a enrichit sa palette de boxeur. Il va être pour moi un très gros client mais c’est aussi ce qui m’intéresse”.

Location ouverte le lundi 1 octobre

La location pour le championnat de France du 16 novembre ouvrira le lundi 1er octobre.
Il est possible de réserver ses places : – au café le Galopeur, bvd de l’Egalité à Calais – au café du Minck, quai de la Colonne à Calais – au café des Canaris, avenue de Saint-Exupéry à Calais – au café Chez Adrien, rue du général Margueritte, à Calais – au café Au bon coin, avenue Roger-Salengro, à Calais – au café le Totem, route Nationale à Blériot-Plage
Prix des places : 12 euros (tribune non numérotées), 25 et 40 euros, chaises numérotées.
Attetion, les chaises ne sont disponibles qu’au café Le Galopeur.

KARIM CHAKIM OK POUR VENIR A CALAIS

Après de longues semaines de négociations, Thiery Jacob, père et manager de Romain, a trouvé un accord avec le clan de Karim Chakim, challenger officiel du pugiliste de l’ABC Calais. Ce dernier, licencié à Lille, a donné son accord pour venir affronter Romain, à Calais, pour le titre de champion de France des poids super-plumes. Le combat pourrait se dérouler au mois de novembre, à Calypso.
Pour Romain (23 ans, invaincu en 16 combats professionnels), il s’agira de la troisième défense de son titre national, une seconde fois face à son challenger officiel. Il s’agira aussi de son combat le plus attendu et le plus important de sa jeune carrière pro, débutée en octobre 2008.
Face à lui, il sera opposé à un boxeur expérimenté (35 ans, 31 combats, pros, 24 succès, invaincu depuis 2007) qui n’est autre que l’ancien détenteur de la couronne des super-plumes. Un titre qu’il a défendu à six reprises ! De plus, Karim Chakim a été champion de l’Union européenne…
En cas de succès, Romain abandonnera sa ceinture pour viser, en 2013, le titre européen de la catégorie.
Un match attendu par les nombreux supporters des deux camps et qui rehausse l’image de la boxe, tant il devient rare en France de voir les deux meilleurs français d’une même catégorie s’affronter titre en jeu. Pour mettre sur pied cette organisation, Thierry Jacob et l’ABC Calais bénéficient du soutien de la Ville de Calais, de Cap Calaisis, du conseil général, du conseil régional et de leurs nombreux et fidèles sponsors.

Championnat de France avant le 9 décembre

La fédération française de boxe a officialisé les dates de négociation et de combat pour le titre de champion de France des super-plumes, qui doit opposer le tenant de la couronne, Romain Jacob, à son challenger officiel, Karim Chakim. Ainsi, la date limite des enchères est fixée au 10 octobre. Le combat devant se dérouler avant le 9 décembre 2012. L’ABC Calais souhaiterait proposer ce combat en novembre. Thierry Jacob doit rencontrer la municipalité calaisienne le mois prochain pour étudier la faisabilité de ce match, qui pourrait se dérouler au complexe Calypso.

Les élus félicitent Romain Jacob

Jeudi soir, à l’initiative de l’ABC Calais, une sympathique réunion était organisée salle Jacques-Jacob. Les sponsors et les élus ont ainsi pu retrouver Romain, deux semaines après la seconde défense de son titre national des poids super-plumes devant Samir Kasmi. Le sénateur-maire de Calais Natacha Bouchart a avoué avoir “vibré et donné de la voix pour encourager Romain, deux semaines après un autre grand moment avec l’inauguration de la salle Jacques-Jacob” et a donné rendez-vous en fin d’année, à Calais, pour la prochaine défense du titre national, probablement face au challenger officiel Karim Chakim. Vice-président de l’agglomération Cap Calaisis, Guy Allemand n’a pas manqué de saluer “le travail physique effectué par Jacky car Romain était très fort lors du combat”. Le vice-président du conseil général du Pas-de-Calais Olivier Majewciz était lui aussi présente et a “découvert pour la première fois un combat de boxe. Et quel match. Moi et mon fils avons été emballés. Et quel public extraordinaire!”. Le public a aussi été mis à l’honneur par le conseiller régional Yann Capet, ému par “ce combat intense” et qui espère “revoir bientôt sur le ring de Calais”. Dans cette réunion conviviale, Thierry Jacob n’a pas manqué de remercier les élus, “sans qui l’organisation ne peut pas se faire”, et les “nombreux sponsors, qui nous aident à mettre en place les championnats de France”. Tout le monde s’est ensuite retrouvé autour du verre de l’amitié.

Romain Jacob: “mon combat le plus abouti”

Vendredi soir, salle Edgar-Quinet, devant 1800 spectateurs (le combat se jouait à guichets fermés), Romain Jacob et Samir Kasmi ont livré une grande prestation. Un combat de boxe que les supporters calaisiens ne sont pas près d’oublier tant les deux pugilistes se sont livrés, sans temps mort durant dix rounds. Quatre jours plus tard, le Calaisien, désormais triple champion de France et toujours invaincu après 15 combats professionnels, revient avec nous sur sa rencontre la plus aboutie…
Romain, quelle était la tactique prévue devant Samir Kasmi ?
Nous n’avions rien prévu de spécial. Nous voulions attendre le premier round. Le but était avant tout de développer ma boxe, de ne pas m’occuper de mon adversaire. Je m’attendais à ce que Samir me rentre dedans dès le début. Moi, j’ai tourné et comme il a vu que techniquement, j’étais au point, il ne s’est pas jeté non plus. Du premier au dernier round cela a été un combat clean.
Samir Kasmi a montré un visage bien plus conquérant que face à Sylvain Chapelle, cela vous a-t-il surpris ?
Non, car je savais qui j’avais devant moi. OK, Samir n’est pas un puncheur. Je l’ai vérifié mais il va très vite de bras et est précis. Je l’ai vérifié aussi. De plus, il enchaîne bien les coups. Techniquement, il a justifié ce que nous pensions de lui. C’est un bon boxeur.
Avez-vous le sentiment d’avoir progressé ?
Oui, entre mon premier et mon troisième championnat de France, j’ai progressé sur les plans technique et physique. Je gère mieux mes combats. Cela s’appelle l’expérience. Même quand Samir me fixait droit dans les yeux quand je suis arrivé sur le ring, je n’ai pas été destabilisé. Mentalement, j’étais fort.
Physiquement, vous sembliez capable d’enchaîner un ou deux rounds de plus…
C’est normal car on s’attendait à un combat difficile. J’avais donc fait une grosse préparation avec mon oncle Jacky et mon père. Après, la différence entre un combat en 10 ou en 12 rounds est mentale.
Un mot sur l’incroyable ambiance de la salle Edgar-Quinet…
Je m’en aperçois dès que je rentre dans la salle. Le public me pousse, la salle était pleine à craquer et ça m’aidé. C’est souvent le cas à Edgar-Quinet, l’antre de la famille Jacob.
Est-ce votre meilleur combat ?
C’est le plus abouti en tout cas. Je sens une progression. Depuis vendredi, j’ai de bons retours, les gens sont contents du spectacle proposé. Pour faire un bon combat, il faut être deux et Samir était prêt, moi aussi.
Quel est votre avenir ?
Je ne sais pas encore, je vais laisser mes hommes de coin en décider. Ce sera une défense de mon titre ou l’Europe. Les titres intercontinentaux ne m’intéressent pas, sauf s’ils peuvent vraiment me faire grimper dans les classements européens ou mondiaux. Aujourd’hui, mon challenger officiel est Karim Chakim, qui est Nordiste comme moi. Ce ferait un beau combat je pense…

ROMAIN JACOB TOUJOURS CHAMPION DE FRANCE

Vendredi soir, il ne restait plus une seule place de libre salle Edgar-Quinet pour assister au combat entre Romain Jacob et Samir Kasmi, titre national des poids super-coqs en jeu. Près de 1800 spectateurs ont assisté à un combat d’une très grande intensité entre deux superbes boxeurs, bien préparés et ne manquant pas de lourds arguments techniques. Si Kami touchait Jacob aux troisième et quatrième round, le Calaisien se montrait beaucoup plus à son aise lors des des rounds suivants. Affûté comme jamais grâce à un énorme travail physique réalisé à l’entraînement par son oncle Jacky, le champion en titre finissait mieux es reprises et marquait des points. De plus, Kasmi se voyait accorder un point de pénalité au cinquième round. Lors des deux dernières reprises, aucun boxeur ne voulait céder du terrain mais le local se montrait plus précis et obtenait la décision aux ponts, à l’unanimité, même si le public et les observateurs présents avaient enregistré un écart plus important en faveur de Jacob (décompte des juges: 95-94, 96-94, 97-93). Un combat que les spectateurs ne sont pas près d’oublier…
Le challenger officiel du fils de Thierry est désormais le Wasquehalien Karim Chakim, présent vendredi soir salle Edgar-Quinet (tout comme Daouda Sow).

REVUE DE PRESSE

En s’imposant aux points face à Samir Kasmi, Romain Jacob entre vraiment dans la cour des grands
Après avoir obtenu son titre de champion professionnel des super-plumes face à Sébastien Cornu et conservé son bien face à Sylvain Chapelle, deux adversaires à sa main, Romain Jacob, pour la deuxième défense de son titre national hier à Edgard-Quinet, affrontait véritablement du lourd.
En l’occurrence Samir Kasmi, le prédécesseur du Calaisien au palmarès avant d’avoir été déchu de sa couronne à la suite d’une blessure à l‘épaule et de ne pas avoir, de ce fait, affronté son challenger officiel, à savoir… Romain Jacob, dans le temps imparti par la Fédération française… C’est donc un Francilien (Noisy-le-Grand) revanchard et pas du style à se satisfaire d’un régime topinambours qui se présentait face au fils de Thierry. Un fils affûté pour l’occasion selon son entourage. D’entrée, on sentait que Romain n’allait pas avoir la partie facile avec un Kasmi agressif et véloce. Dans un 2e round d’une rare intensité, Romain encaissait deux crochets en disant long sur la difficulté de la tâche. Un uppercut du Francilien dans la 3e troisième reprise n’arrangeait pas les affaires du Calaisien. Ce dernier, un vrai Jacob, ne s’en laissait pourtant pas compter par un rival toujours aussi mobile et contrait judicieusement son rival dans le 4e round à deux reprises. Les deux garçons ensuite se rendaient coup pour coup mais le Francilien recevait un avertissement pour boxer avec la tête en avant. Tout bénéfice pour le Calaisien. Restait à savoir si les deux stylistes allaient être en mesure physiquement de garder un rythme aussi élevé. Le round suivant était de nouveau à l’avantage d’un Kasmi plus précis. Bref, on assistait véritablement à de la grande boxe. Dans un combat restant à couteaux tirés, le Francilien payait progressivement sa débauche d‘énergie ce dont profitait Jacob pour placer quelques coups bien ajustés et marquer des points précieux. Au terme d’un dernier round de folie, Romain Jacob gardait son titre. Le Calaisien, face à un Kasmi talentueux, est vraiment entré dans la cour des grands. Sans faire injure à ses précédents adversaires… Maintenant, le Calaisien se prépare un nouveau défi de taille. Puisque le Lillois Karim Chakim, six fois champion de France, deux fois champion d’Europe EU et qui avait abandonné son titre national en 2010, est désormais son challenger officiel. YVES-MARIE CHOPART (LA VOIX DU NORD)

PESEE SANS ENCOMBRE POUR ROMAIN

Hier soir, au Casino de Calais, Romain Jacob a été pesé à 58,7kgs (la limite était de 58,967kgs). Son challenger officiel Samir Kasmi a eu du mal à faire le poids. D’abord pesé avec un surplus de 333 grammes, il est revenu une heure plus tard sur la balance pour accuser la limite des poids super-plumes. La pesée s’est déroulée devant plus de 150 personnes.

SECOND SPARRING POUR ROMAIN

La semaine prochaine, Romain Jacob va monter en puissance au cours de ses séances d’entraînement. En plus des services du Letton Jevgenivjs Kirilovs, présent depuis lundi salle Jacques-Jacob, il bénéficiera à partir de lundi prochain d’un second sparring partner. Il s’agit de l’Equatorien vivant en Espagne Alex Bone. Ce solide boxeur a déjà servi deux fois de partenaire d’entraînement au Calaisien, lors des préparations des deux derniers championnats de France. Il sera présent durant une semaine. Romain fera ainsi des séances quotidiennes de huit à dix reprises.

LA LOCATION OUVRE LE SAMEDI 10 MARS

La location pour le championnat de France de boxe professionnelle des poids super-plumes, qui opposera Romain Jacob (ABC Calais, champion en titre) à Samir Kasmi (Noisy, challenger officiel), ouvre ce samedi 10 mars. Les billets sont disponibles au café-tabac Le Galopeur, boulevard de l’Egalité à Calais. Prix des places : 12 euros (gradins non numérotés), 25 et 40 euros (chaises numérotées) En marge du championnat, deux autres combats professionnels seront à l’affiche ainsi que des combats amateurs. La soirée se déroulera le vendredi 6 avril, salle Edgar-Quinet à Calais. Premier coup de gong à 19 h 30.

PREMIER SPARRING POUR ROMAIN

Dans le cadre de sa préparation pour la seconde défense de son titre de champion de France des poids super-plumes, Romain Jacob va croiser les gants durant trois semaines avec différents sparrings-partners.
Le premier à venir à Calais est un habitué de la salle de boxe calaisienne: le Letton Jevgenijs Kirillovs
A 22 ans seulement, le boxeur de l’Est compte 26 combats dont 11 succès et un nul. Il a affronté des hommes d’expérience un peu partout en Europe et notamment en France où il a combattu face à Dadouda Sow et Guillaume Fresnois, tous deux champions nationaux.
Kirillovs sera présent durant deux semaines à Calais.

REVUE DE PRESSE DU 8 MARS

jeudi 08.03.2012, 05:09 – La Voix des Sports BOXE CHAMPIONNAT DE FRANCE DES SUPER-PLUMES
Depuis plus de deux semaines, Romain Jacob (23 ans, invaincu en 14 combats pros) est entré dans le vif de sa préparation physique, en vue de défendre son titre national des super-plumes, le vendredi 6 avril, devant son challenger officiel Samir Kasmi. Un entraînement placé sous la houlette de son oncle Jacky et qui doit lui permettre de gagner en intensité. Entretien.

Romain, comment va votre main droite, blessée lors de votre dernier championnat en novembre dernier ?

« Elle va beaucoup mieux, j’ai recommencé à frapper il y a un mois et je ne ressens plus aucune douleur ».

Votre blessure a engendré un report du combat, cela vous a-t-il contrarié ?

« Non, pas spécialement. Nous n’avions pas encore commencé la préparation intensive du combat. Ce n’est finalement pas plus mal de boxer début avril ».

Par rapport à vos deux précédents championnats de France, la préparation va-t-elle changer ?

« D’habitude, on y va plus progressivement en matière de musculation et d’endurance. Là, nous avons démarré plus fort. Sinon, nous gardons les mêmes bases ».

Avec deux championnats de dix rounds chacun dans les jambes, se sent-on plus fort ? Peut-on aller encore plus loin ?

« Oui. La première fois, nous partions dans l’inconnu car nous n’avions jamais préparé un dix rounds. Au début de la préparation, j’avais parfois du mal à suivre le rythme imposé par Jacky. Je n’avais jamais fait quatre heures d’entraînement par jour. Après, on prend plus de confiance, je sais que les dix rounds, je les tiens sans problème. J’encaisse mieux les charges de travail. Le but est d’améliorer mes performances sur les dix reprises. Cela me permet de faire plus de choses en combat. Actuellement, nous finissons la dernière semaine consacrée à l’endurance puis, dès lundi, on passe à la résistance physique et on attend les sparrings partners qui seront là durant trois semaines ».

Que savez-vous de votre adversaire, Samir Kasmi (*) ?

« C’est un challenger comme les autres, sauf qu’il s’agit du dernier champion de France avant moi. Il va vouloir reprendre sa couronne. Je l’ai vu boxer, c’est un bon technicien, doté d’un bon coup d’oeil et il est fort physiquement. Je ne sais pas s’il s’agit d’un puncheur. Est-ce mon plus dur adversaire ? Sur le papier oui. Il a le plus beau palmarès de tous les boxeurs que j’ai rencontrés. Après, on verra ça le 6 avril, sur le ring ».

Samir Kasmi (Noisy-le-Sec) est âgé de 29 ans. Il compte 14 succès et 1 nul en 23 combats. Il a été double champion de France des super-plumes en 2011 et double challenger national des poids plumes (un nul, une défaite). Il est invaincu depuis quatre ans

JACOBKASMI le 6 avril

Champion de France des poids super-plumes depuis le 10 juin 2011, le Calaisien Romain Jacob défendra son titre national le vendredi 6 avril, salle Edgar-Quinet à Calais. Il sera opposé à son challenger officiel Samir Kasmi. Les deux hommes auraient déjà dû s’affronter l’an dernier mais Kasmi, blessé, avait dû laisser sa couronne vacante. Initialement prévu en ce mois de février le choc entre les deux derniers détenteurs de la couronne des moins de 58,967kgs a été reporté en raison d’une blessure de Romain Jacob (fissure à la main droite). Lors de cette soirée, deux autres combats professionnels seront à l’affiche ainsi que des joutes amateurs avec les jeunes de l’ABC Calais.

LES ENCHERES CONNUES MERCREDI

Le résultat des enchères du championnat de France qui doit opposer Romain Jacob à son challenger officiel Samir Kasmi sera dévoilé le mercredi 7 décembre. Le combat doit se dérouler avalt le 15 février 2012. L’ABC Calais, grâce au soutien de la ville, de l’agglomération, du daprtement, de la région et de ses sponsors, a déposé une offre. Sera-t-elle suffisante? Réponse demain…

INTERVIEW

Vous souvenez-vous du moment précis de votre blessure ?
Cela s’est passé dès la première reprise, sur une petite droite, la première que je lançais. J’ai tout de suite ressenti une douleur. Ensuite, je rentre dans mon coin, je commence à ouvrir puis à fermer ma main, je sens une douleur dans l’articulation et après, dès que je touchais Chapelle, même uniquement dans ses gants, j’avais mal. J’ai essayé de mettre ma droite de temps en temps mais plus en la posant qu’en voulant faire mal comme d’habitude.

Avez-vous craint une fin prématurée du combat ?
Non, je n’ai pas pensé à ça. J’avais fait une bonne préparation physique. Et heureusement Chapelle était un adversaire qui avançait, ce qui m’a permis de mieux gérer le combat avec mon bras avant.

Avez-vous pensé à l’abandon devant les douleurs ?
Non. Même si la douleur est revenu, surtout en fin de combat, je devais aller jusqu’au bout. Il y a des choses plus graves que ça.

Quel aurait été le combat avec vos deux mains ?
Je ne sais pas. Au bout, il y a eu une victoire. Je ne vais pas être prétentieux et dire que j’aurais fait mieux sans blessure, que j’aurais pu gagner avant la limite. Le principal est d’avoir garder la ceinture, sans prendre de coups.

Vous avez fait preuve de beaucoup de calme et de maîtrise malgré cette blessure…
J’avais confiance car j’avais effectué une grosse préparation physique avec mon oncle Jacky. Je me suis rendu compte qu’avec ma gauche, je parvenais à tenir Chapelle à distance. Je ne me suis pas pris la tête et j’ai boxé en séries.

Est-ce un combat où l’on apprend beaucoup ?
J’ai appris que l’on pouvait faire dix rounds, défendre son titre sans puiser dans ses réserves. C’est une bonne chose. Parfois, on a tendance à vouloir en faire beaucoup, surtout devant son public. Là, j’ai surtout géré. Même si le public souhaitait plus d’action.

Quelle est votre prochaine échéance ?
Je veux défendre mon titre une seconde fois, contre mon challenger officiel Samir Kasmi. J’attends la date de l’affrontement. C’est une suite logique pour moi. Je n’ai pas envie d’abandonner cette ceinture, c’est le titre le plus important de France. Et un titre pour moi plus important que d’autres titres internationaux sans valeur. Et avant d’aller voir plus haut, je veux conserver ma couronne.

REVUE DE PRESSE

Romain Jacob a su mettre les choses au poing

lundi 21.11.2011, 05:06 - La Voix du Nord

romain-jacob-a-su-mettre-les-choses-au-1443062.jpg

|BOXE|

Romain Jacob, à 23 ans, semble déjà un champion d'exception. Vendredi soirà Blériot, le Calaisien est parvenu, en effet, à garder sa ceinture de champion de France des super-plume alors qu'il s'est blessé dès la première reprise. Avec son seul poing gauche, il a réussià dominer de la tête et des épaules Sylvain Chapelle. Respect !

PAR YVES-MARIE CHOPART

calais@lavoixdunord.fr PHOTO JEAN-PIERRE BRUNET

Lorsque l'on se blesse une main dès le premier round et que l'on gagne à la force de l'autre poing un combat de boxe qui va au terme des dix rounds cela relève véritablement de l'exploit. Surtout lorsque la main blessée est la droite et que l'on est droitier. C'est la superbe performance que Romain Jacob a réalisée, bien contre son gré, à l'occasion de la première défense de son titre national.

À l'évocation que son adversaire, en l'occurrence Sylvain Chapelle, n'avait guère la stature qu'on lui avait prêtée avant le rendez-vous blériotin, le fils de Thierry balaye d'un revers de sa main valide l'idée : « Le Montpelliérain est un bon boxeur. Demandez donc à Samir Kasmi, précédent champion de France, ce qu'il en pense (face au même Chapelle, Kasmi s'était difficilement imposé aux points dans le cadre également du championnat national). Non, si Chapelle n'a pas eu son rendement habituel, c'est parce que j'ai géré intelligemment mon combat. Dès que j'ai su que je ne pourrais pratiquement pas me servir de mon poing droit, j'ai travaillé encore un peu plus avec les jambes. Comme le Sudiste aime pratiquer une boxe statique, il n'arrivait pas à me trouver. Il a perdu, de ce fait, beaucoup de lucidité et des séries du gauche m'ont assuré la victoire. Je n'ai même pas eu à prendre des risques avec mon poing droit. » Lucidité et confiance auront été les armes du Calaisien : « Je n'ai même pas eu peur avec ma blessure. Je savais que fort de ma très bonne préparation, il me restait suffisamment d'atouts pour aller chercher le succès. Un combat se gagne grâce à l'entraînement. Je l'ai prouvé. Les Jacob ne sont pas les meilleurs boxeurs du monde, mais leur travail leur a toujours permis de faire de belles carrières. »

 

Report

Si le champion de France n’a donc jamais eu de crainte quant à l’issue du combat, le Calaisien reconnaît que la blessure à la main lui a donné une belle crainte : « Surtout qu‘à la suite d’une petite fracture à cette même main, il y a quatre ans, j’avais eu une infection qui m’avait fait beaucoup souffrir. Infection qui avait nécessité une semaine de clinique et qui fait que cette main est aujourd’hui fragilisée. » Heureusement, il semble que l’accident survenu n’aura pas trop de conséquence. En effet, la radiographie, effectuée samedi matin, n’a décelé aucune fracture. Pour autant, afin de se prévaloir de la moindre complication, le clan Jacob devrait demander à la Fédération française à ce que le combat de Romain contre son challenger officiel, Kasmi, programmé le 22 janvier soit repoussé. Romain et son père sont confiants : « Le report semble justifié. Nous sommes convaincus que la fédé prendra en compte les certificats médicaux. »

Entourage

Maintenant, Romain Jacob reste donc bel et bien sur les traces de son père même si le fiston, par modestie, ne veut pas soutenir la comparaison : « Je suis encore très loin d'égaler mon père. Après son quatorzième combat, au même âge que moi, il était déjà invité à disputer son premier championnat du monde. Papa, c'était vraiment un très, très grand... » Son héritier, pour autant, n'écarte pas une belle carrière internationale : « Je vais poursuivre mon joli petit parcours en essayant d'aller le plus loin possible. Comme je suis jeune, j'ai encore une belle marge de progression que les meilleurs Français de ma catégorie n'ont plus pour être pratiquement tous trentenaires à l'image de Chakim qui a 36 ans. Je pense que je vais devenir de plus en plus fort et cela m'autorise effectivement à envisager une chance européenne. À moi d'être sérieux pour atteindre cet objectif en sachant que l'un de mes principaux atouts, c'est mon entourage... » Le clan Jacob, il est vrai, a toujours excellé dans la gestion de ses champions. •

nord_littoral_du_dimanche_20_novembre

NORD LITTORAL DU DIMANCHE 20 NOVEMBRE

REVUE DE PRESSE

Romain Jacob garde son titre national à sa main... gauche

samedi 19.11.2011, 05:10 - La Voix du Nord

romain-jacob-garde-son-titre-national-1439447

|  • BOXECHAMPIONNAT DE FRANCESUPER-PLUME |

Face à un adversaire pas génial mais accrocheur, Romain Jacob a gardé facilement son titre national des super-plume. Sa nette victoire est d'autant plus admirable que le Calaisien, souffrant de la main droite dès le premier round, ne s'est pratiquement servi que de son poing gauche.

PAR YVES-MARIE CHOPART

calais@lavoixdunord.fr PHOTOS JEAN-PIERRE BRUNET

Face à Sylvain Chapelle, Romain Jacob, hier à Blériot, défendait pour la 1re fois son titre de champion de France des super-plume obtenu aux points en juin dernier face à Sébastien Cornu. Le Calaisien, par là même, disputait son 14e combat professionnel avec la volonté d'enregistrer sa... 14e victoire. Ambition légitime pour le fils de Thierry, ce dernier marchant jusqu'à présent avec maestria sur les traces de son père.

Romain, avant d'affronter un Montpelliérain réputé pour sa résistance, avait déjà à son actif un succès de prestige en faisant salle comble dans l'enceinte blériotine. Pas vraiment une surprise, d'ailleurs, les Jacob, depuis deux générations, faisant l'unanimité auprès du public du Calaisis en raison de leur classe.

La bise à son père, une autre à Jacky, son dévoué oncle, et Romain pouvait se lancer à l'assaut de Chapelle pour un duel forcément lourd de conséquence... Fidèle à sa réputation, le Sudiste avec une garde très haute, difficile à contourner, avançait d'entrée sur un Calaisien gérant prudemment et intelligemment les premières escarmouches. Plus entreprenant à partir du deuxième round, le Calaisien refroidissait progressivement, avec quelques enchaînements, les ardeurs d'un Montpelliérain nettement moins offensif.

Parfaitement préparé physiquement et tactiquement, le fils de Thierry maintenait sous pression son adversaire. Toutefois, il apparaissait, dès la troisième reprise, que le Calaisien, souffrant très probablement de la main droite, comme le confirmait ensuite son entourage, ne se servait de cette dernière que par réflexe. Ce qui offrait du répit à un Chapelle mis sous l'éteignoir.

Avec un courage exemplaire, le Calaisien, presque uniquement à la force de son poing gauche, poursuivait son cavalier seul face à un Sudiste à court d'idées et donc de solutions.

Dans la dernière reprise, Romain Jacob, nettement devant aux points, s'attachait à gérer face à un Chapelle tentant forcément le tout pour le tout. Ce dont s'acquittait parfaitement le digne fils de son père. Pas un grand match mais un grand respect pour un champion de France qu'il sera difficile de déloger.•

nord_littoral_du_samedi_19_novembre.jpg

NORD LITTORAL DU SAMEDI 19 NOVEMBRE

Quand Romain Jacob est sur le ring, Sa tante Marie-José quitte la salle

samedi 19.11.2011, 05:10 – La Voix du Nord

quand-romain-jacob-est-sur-le-ring-sa-1439452.jpg

Marie-José Brochets'occupe de la buvette avec son mari Gérard, son fils Grégory et sa belle-fille.

Dans la famille Jacob, on ne présente plus Jacques, le patriarche, ni ses quatre fils, Jacky, Bruno, Thierry et Hervé. Mais qui connaît Marie-José Jacob, épouse Brochet, la seule fille d'une fratrie dévouée corps et âmes à la boxe ?

PAR OLIVIER PECQUEUX

calais@lavoixdunord.fr PHOTO JEAN-PIERRE BRUNET

De nombreux amateurs de boxe à Calais connaissent Marie-José Brochet sans pour autant savoir que cette dynamique quadragénaire à la chevelure blonde est une Jacob. La seule fille de Jacques Jacob assiste à tous les galas de l'ABC, mais n'approche jamais le ring. Elle apporte une précieuse aide, lors de chaque soirée, derrière la buvette, où elle assure le service en compagnie de son mari, Gérard, et de son fils, Grégory.

Hier soir, Marie-José, agent hospitalier, a servi des dizaines de spectateurs, jusqu'à ce que Romain entre en scène. À partir de cet instant, la tante de Romain a quitté la salle. « Je préfère ne pas regarder, je vais dehors et à la fin du combat, j'appelle ma mère pour la tenir informée de l'issue », confie la soeur de Thierry, pourtant habituée à la rudesse des combats pour avoir été plongée dans la boxe depuis son enfance. Une enfance parmi les garçons qui lui a forgé un sacré tempérament, la « fille Jacob » étant réputée pour son caractère.

« J'ai assisté à tous les combats de mes frères, avec des souvenirs mémorables comme la victoire de Thierry face à Mac Kenzie en 1991. Mais depuis que Romain boxe, je ne peux plus regarder. C'est mon neveu, mais c'est comme si c'était un petit frère. Je ne supporte plus de voir les coups, cela me fait peur. » À côté de Marie-José, Grégory, son fils de 28 ans, est lui aussi un fidèle des galas. « J'ai grandi moi aussi dans la boxe. Enfant, je regardais les combats. Je me souviens de ma grand-mère qui préparait les sacs d'entraînement de Thierry, Bruno et Hervé. » Le fils de Marie-José a lui aussi mis les gants. Avec succès, puisque, adolescent, il devenait vice-champion de France chez les scolaires puis champion départemental et régional en amateurs. « Mais j'ai arrêté. Mes parents voulaient que je privilégie mes études, et puis vers 16 ans, je voulais sortir. Aujourd'hui, je regrette . » Grégory Brochet n'a pas raccroché les gants, boxant encore à l'ABC, en loisirs. Dans une salle où, depuis trois mois, il a le privilège d'assister en direct aux entraînements de son cousin Romain. •

PESEE SANS ENCOMBRE POUR ROMAIN

Jeudi soir s'est déroulée à l'hôtel des Dunes de Blériot-Plage la pesée officielle du championnat de France des poids super-plumes entre Romain Jacob, tenant de la couronne et son challenger Sylvain Chapelle.
Si le champion n'a éprouvé aucune difficulté à descendre sous la limite (58,967kg) avec un poids de 58,7kg, le challenger a du enlever son sous-vêtement pour accuser la limite légale de la pesée.
La rencontre entre Jacob et Chapelle se déroulera ce vendredi soir, salle André-Ségard de Blériot-Plage, à guiches fermés.

Sylvain_Chapelle_a_t_pes__la_limite_des_super-plumes.jpgSylvain Chapelle a été pesé à la limite des super-plumes.

 

Pas_de_problme_pour_Romain_avec_587kg..jpg

Pas de problème pour Romain avec 58,7kg.

Un_sacr_duel_sannonce_ce_soir__Blriot..jpg

Un sacré duel s'annonce ce soir à Blériot.

REVUE DE PRESSE

Guy Allemand : « Notre satisfaction, c'est que le gala soit à guichets fermés »

jeudi 17.11.2011, 05:10 - La Voix des Sports

phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpg

Guy Allemand accueillera demain Romain Jacob, qui défendra pour la première fois son titre de champion de France.

|  • BOXECHAMPIONNAT DE FRANCESUPER-PLUME |

La commune de Blériot-Sangatte accueillera, demain, dans la salle André-Ségard, le championnat de France super-plume opposant le Calaisien Romain Jacob au Montpelliérain Sylvain Chapelle. Un choix payant pour le maire Guy Allemand avant même l'issue du combat, le gala assurant un beau coup de projecteur sur sa ville.
PROPOS RECUEILLISPAR OLIVIER PECQUEUX
calais@lavoixdunord.fr PHOTO JEAN-PIERRE BRUNET
Guy Allemand, pourquoi cette volonté d'accueillir un gala de boxe dans votre commune ?
« Pour une commune de 5 000 habitants, organiser une défense d'un titre national, c'est exceptionnel. Dix minutes après la victoire de Romain Jacob en juin, j'ai été approché par l'ABC pour organiser cette défense de titre. Jusqu'à la fin du mois de septembre, cette organisation était incertaine. La Fédération française mettait la pression pour qu'une date soit annoncée, mais je voulais qu'en termes de dépenses, nous arrivions à un équilibre financier. Je devais avant tout m'assurer de la présence de gros sponsors pour disposer de la moitié des recettes. »
Combien ce gala coûtera-t-il à votre commune ?
« Disons que nous sommes à l'équilibre sur l'organisation de ce gala, dont le budget global oscille entre 55 000 et 60 000 E . Notre satisfaction, c'est que le gala soit à guichets fermés. »
La publicité faite autour de Blériot-Sangatte vous promet-elle des retours positifs ?
« Sangatte est une ville de tourisme. Il n'y a pas un spot de publicité sur la Côte d'Opale sans les images du cap Blanc-Nez. Ce gala, après l'organisation d'un combat de Romain Jacob (en février 2010) et les championnats d'Europe cadettes juniors, est un coup de projecteur sur notre commune, qui veut se démarquer aussi dans le domaine du sport. On connaît la base de voile Tom-Souville ou le projet de golf. Notre zone dédiée au football est en transformation avec de nouveaux terrains dont l'un sera équipé d'un arrosage automatique, sans compter le terrain synthétique. Je dois à ce sujet rencontrer prochainement le président du club de football de Boulogne-sur-Mer. Nos équipements sont susceptibles d'accueillir des équipes professionnelles en stage, l'un de nos objectifs étant d'amener des équipes nationales à s'entraîner chez nous. Le sport, c'est le meilleur vecteur de promotion pour nous. »
Vous semblez attaché à la famille Jacob et à l'ABC, êtes-vous un fidèle des rendez-vous de boxe, des rendez-vous sportifs en général ?
« J'ai surtout été habitué à collaborer avec Jean-Marcel Dauchart (membre de l'ABC et ancien journaliste) pour l'organisation de onze critériums cyclistes, où j'apportais du sponsoring avec ma société. Je suis par ailleurs fondateur du BACC féminin et j'ai joué pendant trente-cinq ans au basket, à l'Amicale Balzac. Et pour ce qui concerne les Jacob, je peux affirmer que jamais ils n'ont raté l'organisation d'un gala. » •

À Blériot, Romain Jacob pourra compter sur une salle pleine

mardi 15.11.2011, 05:11 - La Voix des Sports

le_clan_jacob_sattend_encore__virvre_une_soire_fastueurse.jpg

Le clan Jacob s'attend encore à vivre une soirée fastueuse.

|  • BOXECHAMPIONNAT DE FRANCESUPER-PLUME |

Vendredi soir, salle André-Segard de Blériot, Romain Jacob défendra pour la première fois son titre national des super-plume face au Montpelliérain Sylvain Chapelle. Le Calaisien, il fallait s'y attendre, fera salle pleine. PAR YVES-MARIE CHOPART

calais@lavoixdunord.fr PHOTO JEAN-PIERRE BRUNET

C'est évident, l'enceinte blériotine est trop petite pour retentir des exploits de Romain Jacob. D'ailleurs, Guy Allemand l'a clairement exprimé hier en précisant que si le fils de Thierry venait prochainement à disputer un championnat d'Europe, la salle André-Segard serait trop étroite pour accueillir le champion de France des super-plume.

Toujours est-il que nombre de retardataires pour le gala de vendredi soir vont se mordre les doigts. C'est déjà acquis, Romain Jacob, face à Sylvain Chapelle, va boxer à guichets fermés. Sur les 1 100 places mises en location, il n'en restait qu'environ 70 hier matin. Une cinquantaine de places en tribunes (12 E) et une très petite vingtaine de chaises de ring (25 E) qui, c'est une certitude, auront trouvé preneurs avant demain soir.

Il va sans dire que les combats des Jacob, dans leur bonne ville, ont toujours déplacé les foules. Surtout quand le challenge est intéressant. Et celui de vendredi vaudra, comme tant d'autres par le passé, le détour. Car le client qui sera opposé au licencié de l'ABC n'aura rien d'un faire valoir.

C'est Jacky, l'oncle, qui le dit : « Le combat risque d'aller au bout des dix rounds. Chapelle est un garçon qui ne lâche rien. S'il n'a pas un gros punch, il va toujours sur l'adversaire. D'ailleurs, Romain a beaucoup travaillé la résistance bien conscient que c'est un rude combat qui l'attend ! » Le fils de Thierry est d'autant plus méfiant que le Montpelliérain : « va tout donner puisque c'est très probablement la dernière fois qu'on lui donne la chance d'être champion de France. » Tout un programme ! •

DERNIERE CONFERENCE DE PRESSE DE ROMAIN JACOB AVANT LE CHAMPIONNAT

Lundi matin, avant de se mettre au vert, Romin Jacob a rencontré la presse une dernière fois avant son championnat de France, qui va l'opposer ce vendredi à Sylvain Chapelle, pour le compte du titre des super-plumes. Le fils de Thierry estime que son adversaire est un "boxeur dur au mal, qui avance beaucoup. Il a déjà disputé un chmpionnat de France et il sait que vendredi, ce sera l'une de ses dernières chances. Il viendra en conquérant. A moi de tout donner pour conserver ce titre".

Le Calaisien n'a rien négligé de sa préparation, effectuée sous la houlete de son oncle Jacky et de son père Thierry. "Nous avons travaillé la résistance physique car on sait que Chapelle n'offre aucun temps mort. Et dix rounds, c'est long", estime Jacky. De son côté, Thierry insiste sur la difficulté de conserver un titre, plutôt que d'aller le chercher:"Pour Romain, c'est une première. Mais il a fait une bonne préparation, il est bien dans sa tête".

En marge du championnat de France, l'Arrageois Anthony Arimany fera son retour sur le quadrilatère après une blessure à la main. Il sera opposé au pugiliste de Pessac Nedim Kara, en six rounds de trois minutes. Egalement à l'affiche, les professionnels Norredine Dahou (ABC Calais) devant Grégory Beccu (Divion) en poids mouches et Youri Kalenga (Gravelines) sera opposé au Lituanien Remijigus Ziausys en lourds-légers.
Des combats amateurs complèteront l'affiche.
Le gala sera diffusé en direct sur Ma chaîne sport, vendredi à partir de 21 heures.
La soirée se déroulera à guichets fermés devant 1100 spectateurs.

338_image_14112011195949.jpg

De gauche à droite: Jacky Jacob, Thierry Jacob, Guy Allemand, Romain Jacob, Philippe Blet, Jean-Marcel Dauchart.

A GUICHETS FERMES

Le championnat de France entre Romain Jacob et Sylvain Chapelle se déroulera à guichets fermés. Lundi matin, il ne restait en effet qu'une cinquantaine de places à vendre. La salle André-Ségard de Blériot-Plage accueillera 1100 personnes, toutes acquises à la cause de Romain Jacob!

GUY ALLEMAND, MAIRE DE SANGATTE-BLERIOT

« Les titres que je n'ai pas pu avoir, je les ai eus par procuration »

dimanche 13.11.2011, 05:09 - La Voix du Nord

les-titres-que-je-n-ai-pas-pu-avoir-j-1428926.jpg

|  • LE VISAGE DU DIMANCHE JACKY JACOB ENTRAÎNE |

Jacques Jacob junior dit « Jacky ». Une existence offerte à la boxe, ce noble art que sa famille cultive si bien. Mais au contraire de ses frères, Thierry, Hervé et Bruno, c'est surtout sur le bord des rings que l'aîné des fils de Jacques s'est fait un prénom. Avec passion et surtout avec un amour infini. Sa carrière, dès lors, restera forcément très belle...

 

PAR YVES-MARIE CHOPART

calais@lavoixdunord.fr PHOTO JEAN-PIERRE BRUNET

« La boxe, faut mettre des coups mon gars ! Sinon t'as qu'à devenir danseuse... », toute la gouaille de Jacky au bord d'un ring. Des mots lancés avec cette verve que ses proches connaissent. Mais surtout avec affection, histoire de motiver le poulain. Car il a beau exhorter au combat, il n'y a jamais une once de méchanceté chez le fils aîné de Jacques. Pour la bonne raison qu'il a un coeur gros comme ça. Plus gros que ses poings dont, malheureusement, il ne s'est guère servi comme il l'aurait voulu. « Un accident de la vie, après avoir été plusieurs fois champion des Flandres, a fait que j'ai eu l'une de mes jambes handicapée. J'ai dû arrêter. Très dur à vivre car j'avais un bel avenir devant moi. Encore aujourd'hui, j'y pense quelquefois... » Un coup du sort qui, pour autant, ne lui a pas fait jeter l'éponge définitivement. Puisqu'il ne sera plus boxeur, il sera entraîneur. Prêt à enrichir la saga familiale de l'autre côté des cordes.
Au nom du père

Il va s'occuper, dès lors, des frangins. Ses petits frères dont presque chaque Calaisien connaît le palmarès sur le bout des doigts. « Les titres que je n'ai pas pu avoir, je les ai eus par procuration. Je peux vous dire qu'avec Hervé, Bruno et Thierry on ne mélangeait pas la famille et la boxe. À l'entraînement, j'étais très dur avec eux. Si c'est pour jouer les nounous, ce n'est pas la peine. » Hervé, Bruno et Thierry savent aujourd'hui ce qu'ils doivent à leur « bourreau ». Jacky de marteler ses paroles : « Je l'ai toujours dit. Il n'y a que le travail qui paye et donc l'entraînement, l'entraînement et encore l'entraînement. » Stéphane, son fiston, y est passé également. Jacky a presque la larme à l'oeil : « Je n'ai qu'un fils. Il a fait de la boxe. Il a été sacré cinq fois champion de France. Ma plus grande récompense. » À présent, toujours fidèle au poste, l'aîné de l'illustre fratrie a pris en charge Romain, le petit dernier du fameux clan calaisien : « Je dois reconnaître que j'ai pensé arrêter il n'y a pas si longtemps. Être cinq jours par semaine à la salle d'entraînement depuis près de 35 ans, ça fait long. Et puis, non, j'ai décidé de raccrocher plus tard. Il y a encore à faire avec Romain. Surtout que je me dois de m'occuper du petit après que Thierry a beaucoup donné pour Stéphane. » Chez les Jacob, on ne rigole surtout pas avec la sainte famille. Un esprit dû au père, Jacques : « Il a tant fait pour nous. Avec lui, on a toujours été heureux. C'est pour cela d'ailleurs qu'on a tous fait de la boxe. Pour rester sur ses traces. Il ne peut plus venir, en raison de sa santé, à l'entraînement ou assister aux soirées de galas. Il nous manque... » Jacky retient son émotion : « Il nous a donné le goût de bien faire. Les Jacob ne sont peut-être pas les meilleurs boxeurs du monde, mais ils ont tellement fait de sacrifices pour y arriver qu'ils ont récolté le fruit de leur travail. » À la question de savoir si la boxe lui a rendu ce qu'il lui a donné, Jacky n'hésite pas une seconde : « Oui. Dieu l'a voulu et je l'en remercie. Mon sport m'a procuré, entre autres, une formidable gaîté. Cela aide à traverser les épreuves... » Le 18 novembre à Blériot, Jacky sera dans l'un des coins du ring pour pousser Romain à conserver son titre de champion de France des super-plumes. Avec, à n'en pas douter, des mots encore croustillants. De ces mots qui percutent et que l'on savoure tant. •
337_image_14112011195830.jpg

 

LA PESEE AU RESTAURANT LES DUNES DE BLERIOT

Pour la seconde fois après cele du mois de février 2010, la traditionnelle pesée des boxeurs se déroulera le jeudi 17 novembre, à 18 h, à l’hôtel-restaurant des Dunes de Blériot-Plage. Philippe Mené, propriétaire de l'établissement, accueillera avec plaisir les supporters de Romain. M. Mené avait déjà accueilli, en 1992, Daniel Zaragoza, champion du Monde WBC des supe-coqs et qui allait perdre son titre devant Thierry Jacob. La boxe et les Dunes, un duo qui fonctionne bien !

336_image_11112011103034.jpg

LA SOIREE DANS LE DETAIL

Programme, pesée, point-presse et location…

PROGRAMME

Le gala du vendredi 18 novembre comprendra 4 combats professionnels et des matches amateurs. Voici le détail :

- Championnat de France des super-plumes (10X3’)

Romain Jacob (ABC Calais) – Sylvain Chapelle (Montpellier)

- Poids plumes, 6X3’

Anthony Arimany (Aras) – Nedim Kara (Pessac)

- Poids mouches, 4X3’

Norredine Dahou (ABC Calais) – Grégory Beccu (Divion)

- Poids lourds-légers, 4X3’

Youri Kalenga (Gravelines) – Remigijus Ziausys (Lituanie)

- des combats amateurs, avec les jeunes de l’ABC Calais : Cassandra Amarab, Jiovanny Dejonghe, Morgan Duthes, Lucas Jacob, Thibault Lebriez, David Malfoy et Raphaël Petit.

LOCATION

La location pour le championnat de France des poids super-plumes  a débuté. Le nombre de places étant limité, il est prudent de réserver par avance.

Les billets sont disponibles au

- Café Le Totem, 17 route Nationale, Blériot-Plage. 03.21.96.40.25 ;

- Café le Galopeur, 99 bd de l’Egalité à Calais. 03.21.96.47.44

Prix des places : tribunes (haute et basse, places non numérotées) : 12€, chaises numérotées : 25 € et 40€.

N.B : seules des places de gradins sont disponibles au café le Galopeur.

CA COGNE FORT A L’ENTRAINEMENT !

Tous les soirs, les séances de gants avec sparring-partners se suivent à la salle d'entraînement. Pendant une semaine, Romain a croisé le cuir avec Nedim Kara (Pessac). Puis, pendant deux semaines, deux pugilistes se relaient sur le quadrilatère pour lui donner la réplique: l'Equatorien Axel Bone et le Letton Jevgenijs Kirillovs. Le champion de France des super-plumes ne néglige rien durant sa préparation et monte doucement en puissance. Résultat de tout ce travail le vendredi 18 novembe devant Sylvain Chapelle.

335_image_06112011085739.jpg

 

334_image_06112011085712.jpg

 

333_image_06112011085646.jpg

 

332_image_06112011085623.jpg

 

331_image_06112011085559.jpg

 

330_image_06112011085540.jpg

 

329_image_06112011085511.jpg

 

328_image_06112011085444.jpg

 

327_image_06112011085421.jpg


REVUE DE PRESSE

La préparation physique avant le gala de boxe : le premier combat de Romain Jacob

Dans deux semaines, vendredi 18 novembre, le Calaisien Romain Jacob remettra en jeu sa ceinture de champion de France des poids super-plumes. Avant de défier Sylvain Chapelle, son challenger, Romain Jacob doit se plier à une préparation spartiate et gagner un premier combat, face à lui-même : son mental doit être infaillible pour supporter une très lourde préparation physique.phpThumb_generated_thumbnail.jpeg

Après six rounds de trois minutes, R. Jacob alterne les directs du gauche et du droit contre un mur. PHOTO JEAN-PIERE BRUNET

Video

Il est 18 heures en ce lundi 31 octobre et Romain Jacob, dans une salle Courtimmo en pleins travaux, enfile les gants pour se mesurer à deux coriaces sparring-partners.

Quatre rounds de trois minutes face à Alex Bone, Équatorien de 26 ans vivant en Espagne et globe-trotter des rings. Deux autres rounds face au remuant Lituanien Jevgenijs Kirillovs, 22 ans et déjà vingt et un combats professionnels en Europe... et au Canada.

Deux sparrings qui donnent le change

« Deux clients, d'excellents boxeurs, très complets », commente Stéphane Jacob, impressionné par la qualité de l'opposition qui sera proposée pendant deux semaines à Romain Jacob par ces deux sparring-partners, déjà testés avant le championnat de France victorieux face à Sébastien Cornu.

Les six rounds passés, Bone et Kirillovs alternent exercices physiques et étirements, avec, régulièrement, un oeil attentif sur l'éreintante préparation de Romain Jacob.

Le Calaisien a remis les gants voilà dix jours, avec une semaine de préparation face à Nedim Kara, de la région bordelaise. Mais depuis lundi, le clan Jacob est passé à la vitesse supérieure. Tous les soirs, il affronte tour à tour l'Équatorien et le Lituanien.

Ensuite, sous la conduite de Thierry, son père, et Jacky, son oncle, il enchaîne les exercices. Une séance en crochets sur les sacs de frappe, puis six minutes à décocher des directs droite-gauche sur un mur recouvert d'une plaque de caoutchouc. « C'est une technique que j'ai vue lors d'un reportage télé sur l'entraînement de boxeurs cubains », raconte Thierry Jacob. « Cet exercice, c'est pour travailler l'impact et renforcer les triceps », complète Jacky Jacob.

Footing, musculation, pompes, abdos et... boxe

Ruisselant de transpiration, Romain change son tee-shirt pour cinq nouvelles minutes d'efforts sur le punching-ball, cette poire qui dérouille les poignets et endurcit les avant-bras. Concentré, Romain Jacob retourne vite sur le ring, attrape une corde et sautille pendant de longues minutes quand ses deux sparrings filent sous la douche. Sans musique, toujours sur le tapis, le boxeur calaisien entame une chorégraphie à base d'esquives et d'enchaînements le long d'une corde tendue en travers du ring.

La salle se vide, les boxeurs de l'ABC s'habillent et ne voient pas Romain Jacob grimacer quand Jacky lui impose cinquante pompes et deux cents abdos dans le coin du ring. Près de deux heures se sont écoulées et le champion de France en titre, épuisé, regagne le vestiaire. Le repos du soir sera le bienvenu car le lendemain matin, comme tous les jours depuis trois semaines, il ira courir une dizaine de kilomètres à la base de voile Tom-Souville avant de pousser les portes de la salle Courtimmo, cette fois pour y soulever de la fonte et travailler la tonicité.

«  Il est bien », rassure son père Thierry Jacob, qui chaque jour supervise la préparation de son fils, à raison de trois heures et demie d'entraînement par jour. Admiratif devant le sérieux de Romain, Thierry Jacob, ancien champion, lâche : «  Il faut passer par là pour avoir des résultats. »

« Je supporte bien cette préparation avec deux entraînements quotidiens, mieux que la première fois, avant le combat de juin, où il s'agissait pour moi d'une grande première, commente Romain Jacob. Un combat se gagne à l'entraînement, les gens ne se rendent pas forcément compte des efforts que l'on fournit. »

La vidéo de l'entraînement de Romain Jacob face à son sparring-partner est visible dès ce matin sur notre site Internet www.lavoixdunord.fr

ALEX BONE ET JEVGENIS KIRILLOVS, NOUVEAUX SPARRINGS DE ROMAIN

Cette semaine, Romain Jacob aura deux sparring partners pour partager les séances de mises de gants. Le Letton Jevgenis Kirillovs et l’Equatorien Alex Bone seront dès ce lundi soir présents à la salle d’entraînement du Calaisien.

Les deux boxeurs étaient déjà venus entraîner le Calaisien avant le championnat de France du mois de juin. Ils se relaieront pour d’intenses séances allant de huit à dix reprises.

Avec leur présence, c’est tout l’entraînement de Romain Jacob qui passe à la vitesse supérieure afin d’être prêt pour le vendredi 18 novembre où il affrontera Sylvain Chapelle (Montpellier), salle André-Ségard à Blériot-Plage.

Bone est âgé de 26 ans, il vit en Espagne et possède un profil similaire à celui de Sylvain Chapelle. Il a boxé dans plusieurs pays européens (Italie, Finlande, Espagne, France, Portugal…) et en décembre dernier, il a fait match nul avec Devis Boschiero, champion d’Italie des super-plumes, chez lui à Veneto. Quant à Kirillovs (22 ans), les Calaisiens l’ont découvert le 10 juin après son combat face à Portaillier. Il a affronté Daouda Sow, vice-champion olympique, qu’il a mis au sol et face auquel il a été injustement battu aux points.

L’Equatorien et le Letton resteront deux semaines à Calais.

ROMAIN EN VEDETTE DANS TRIBUNE BOXE SUR MCS

Vendredi soir, sur Ma Chaîne Sport (MCS), était diffusée la première émission Tibune boxe, magazine mensuel consacré au noble art. Les derniers vendredis de chaque mois (le jeudi en cas de direct boxe), l'émission mettra en avant la boxe et les boxeurs français. Pour la première, Thierry Jacob était l'invité de Jean-Philippe Lustyck et Jean-Claude Bouttier. Un long reportage était consacré à l'impact de la famille Jacob à Calais. A revoir sur MCS (voir les dates de rediffusion sur le site internet de la chaîne).

Romain Jacob remercie celles et ceux qui ont évoqué sa famille dans le reportage, y compris Patrick Gombert (Orpi immobilier) et Jean-Marc Cambie (Atout Coeur) qui ont gentiment répondu aux question de MCS mais dont les interviewes ont été coupés au montage.

318_image_30102011152459.jpg

L'émission était présentée par Jean-Philippe Lustyck.

 

319_image_30102011152527.jpg

Le boxeur entouré de son entraîneur, Jacky et de son manager, THiery.

 

320_image_30102011152545.jpg

L'équipe de MCS a interrogé des commerçants, comme Hervé Lefebvre, patron du café de Paris.

 

321_image_30102011152603.jpg

PRemier adjoint et président de l'agglomération, Philippe Blet a évoqué le début de carrière de Romain.

 

322_image_30102011152622.jpg

Romain Jacob a parlé de son rêve: devenir un jour champion du Monde...

 

323_image_30102011152640.jpg

Nedim Kara, premier sparring de Romain.

 

324_image_30102011152658.jpg

Jean-Claude Bouttier, co-animateur de l'émission, s'est souvenu de Romain, lorsqu'il n'était qu'en boxe éducative.

 

325_image_30102011152716.jpg

Thierry Jacob était présent sur le plateau de Tribune boxe, sur MCS.

THIERRY JACOB INVITE DE “TRIBUNE BOXESUR MCS

MCS a décidé de miser sur le noble-art et proposera un magazine mensuel intitulé Tribune Boxe. La première diffusion du magazine aura lieu le vendredi 28 octobre, à 21 h. Un reportage sur Romain Jacob sera diffusé et son père Thierry en sera l’invité. Tribune Boxe est présenté par Jean-Philippe Lustyck et Jean-Claude Bouttier.

ROMAIN JACOB EN DIRECT SUR MA CHAINE SPORT

Les responsables de MCS (Ma chaîne Sport) ont décidé de retransmettre le championnat de France des super-plumes qui opposera le 18 novembre, àsalle André-Ségard à Blériot-Plage, le Calaisien Romain Jacob, tenant du titre, au Montpelliérain Sylvain Chapelle, challenger. La prise d’antenne s’effectuera dès 21h pour se terminer à 22h30. Le combat sera commenté par Jean-Philippe Lustyck et Jean-Claude Bouttier.

Nedim Kara, premier sparring-partner de Romain

Après avoir remis les gants mardi soir avec l’Arrageois Anthony Arimany pour une séance de six rounds, Romain Jacob débute ce lundi les entraînements quotidiens avec sparring-partners. Le premier à venir à Calais est Nedim Kara, qui arrive de Pessac, en Gironde. Le pugiliste français est âgé de 34 ans et a remporté le Tournoi de France en 2009. Lors de ses quinze combats pros (6 victoires, 1 nul, 1 no contest), Nedim Kara a notamment rencontré Daouda Sow (champion de France des légers), Samir Kasmi (ex-champion de France des super-plumes) ou encore Stéphane Cornu, adversaire de Romain le 10 juin dernier, titre national en jeu. Solide, le Girondin n’a jamais subi le moindre KO dans sa carrière. Avec le fils de Thierry, il effectuera tout au long de la semaine prochaine des séances de 6 à 8 reprises.

LA LOCATION DEBUTE LE MARDI 11 OCTOBRE

Ce mardi 11 octobre débute la location pour le championnat de France des poids super-plumes qui va opposer le Calaisien tenant du titre Romain Jacob à son challenger le Montpelliérain Sylvain Chapelle. Le combat se déroulera le vendredi 18 novembre, salle André-Ségard à Blériot-Plage. Deux autres combats professionnels (avec les sociétaires de l’ABC Norredine Dahou et Rapahaël Tronché) et des matches amateurs complèteront l’affiche.

Les billets sont disponibles à partir de mardi au café Le Totem, 17 route Nationale, Blériot-Plage. 03.21.96.40.25 ;

Ainsi qu'au café Le Galopeur; 99 bd de l'Egalité à Calais. 03.21.96.47.44. Le Galopeur ne délivre des places de gradin non numérotées.

Prix des places : tribunes (haute et basse, places non numérotées) : 12€, chaises numérotées : 25 € et 40€.

VOICI L’AFFICHE OFFICIELLE DU CHAMPIONNAT

DEBUT DE PREPARATION POUR ROMAIN

Ce lundi 3 octobre, Romain Jacob débutera sa préparation en vue du championnat de France des poids super-plumes qu’il disputera le vendredi 18 novembre à Blériot-Plage, salle André-Ségard, devant le Montpelliérain Sylvain Chapelle.

Son père, Thierry, et son oncle Jacky, ont établi un programme de sept semaines d’entraînement composé de trois semaines de travail d’endurance, de trois semaines de résistance physique et d’une semaine de récupération.

Le travail de mises de gants avec sparring-partners débutera le lundi 24 octobre.

Le 18 novembre, les deux autres professionnels de l’ABC Calais : Norredine Dahou et Raphaël Tronché seront eux aussi à l’affiche.

PREMIERE DEFENSE LE 18 NOVEMBRE A BLERIOT-PLAGE

Première défense de titre pour Romain Jacob le 18 novembre à Blériot

vendredi 02.09.2011, 05:08 - La Voix des Sports

phpThumb_generated_thumbnail2.jpeg

 

 

 

 

 

|BOXE|

PAR ÉRIC DAUCHART
calais@lavoixdunord.fr

La commune de Sangatte-Blériot-Plage prend goût à la boxe. Après avoir organisé un premier gala, en février 2010, avec en tête d'affiche Romain Jacob face au Vénézuélien Michael Carrero, la commune a remis ça en octobre avec les championnats d'Europe féminin, catégories cadette et junior. Le 18 novembre, Blériot va entrer dans une autre dimension en proposant la première défense du titre de champion de France de Romain Jacob, salle André-Ségard.

« La première soirée a été très appréciée. Y compris par Jean-Claude Bouttier qui était présent. Les premiers contacts avec Thierry Jacob datent du 10 juin, à peine Romain descendu du ring avec sa ceinture. Ensuite, il fallait pour nous étudier la faisabilité de la soirée », explique Guy Allemand, maire de la commune.

Le premier travail a donc été de mettre un budget en place. « Il y a eu quelques interrogations. Il y aura une participation de la commune, de Cap Calaisis, du Département, de la Région mais aussi de la ville de Calais d'un point de vue logistique. Et grâce aux sponsors, nous arriverons à l'équilibre. Pour nous, c'est un second gala, on est rodé. Et si jamais Ma chaîne sport retransmet le combat, ce sera encore mieux pour Sangatte », poursuit le maire.

La salle André-Ségard a une capacité de 1 100 places. Elles risquent donc de partir très rapidement... « Lors du combat de 2010, il y a eu une bonne réaction des amateurs de boxe qui ont quitté le fief d'Edgar-Quinet. Notre salle était pleine. Là, on ajoutera une tribune et on aura un petit chaudron. On espère remplir vite la salle, c'est un pari », commente Guy Allemand.

Côté ring, Romain Jacob sera opposé à Sylvain Chapelle (Montpellier). Le boxeur, classé n°4 de la catégorie (25 ans, 22 combats, 8 victoires, 2 nuls), n'est pas un inconnu pour le Calaisien. Ils ont eu l'occasion de faire connaissance lors de séances d'entraînement. « C'est un homme dur au mal, difficile à toucher et qui avance constamment sur son adversaire », souligne le fils de Thierry (23 ans, invaincu en 13 combats). Pour son entraîneur et oncle Jacky : « On s'attend à un défi physique, plus important que celui livré par Cornu. Car Chapelle ne lâche rien ».

En début d'année, Chapelle avait obtenu une première chance pour le titre national devant Samir Kasmi. À mi-combat, il virait en tête avant de céder quelques points en fin de match. « Nous étions à Paris pour voir ce match. Il est passé près de la victoire », analyse Jacky. « C'est vrai qu'il a perdu, mais de peu. Il va avoir une seconde chance de décrocher la ceinture et il viendra forcément au top de sa forme. Des opportunités nationales, Chapelle sait qu'on n'en a pas dix dans une carrière », enchérit Romain.

En marge du championnat, le lourd Raphaël Tronché et le mouche Nourredine Dahou seront eux aussi présents sur le ring blériotin. Des demi-finales ou finales départementales amateurs compléteront l'affiche. •

Programmé pour gagner, Romain Jacob doit désormais apprendre à gérer son statut de champion de France

dimanche 12.06.2011, 05:08 - La Voix du Nord

programme-pour-gagner-romain-jacob-doi-1170335.jpgRomain Jacob est conscient qu'avec son nouveau statut, le plus dur commence pour lui ! PHOTO JEAN-PIERRE BRUNET

|  LE PORTRAIT DU DIMANCHE |

Romain Jacob, 22 ans, a été sacré champion de France de boxe dans la catégorie des poids super-plumes

vendredi soir à Calais. Fêté par sa famille et ses amis, dont de jeunes boxeurs qui ont partagé avec lui les sélections en équipe de France, le Calaisien n'a pas beaucoup dormi dans la nuit de vendredi à samedi. Une soirée lui était réservée au Chatham House et le boxeur n'a retrouvé son lit que vers 4 h. « Mais j'ai peu dormi, il y avait encore le stress du combat, les émotions... Ce sera surtout dur demain (aujourd'hui) car je sais que chaque surlendemain, on est pétri de courbatures. »

Champagne et hamburger

Vers 4 h samedi, la maman de Romain était réveillée par un Thierry Jacob hilare. « Je suis arrivé dans la chambre avec une bouteille de champagne et j'ai arrosé la pièce », s'amuse encore l'entraîneur et père de Romain. Vider la bouteille et relâcher la pression, enfin, après des mois de travail. « Je suis très fier du travail accompli par Romain, poursuit, plus sérieux, Thierry Jacob. Ce sont les premiers mots que je lui ai adressés après le combat. Cela fait trois ans que l'on prépare ce championnat de France. » Trois années pendant lesquelles Romain Jacob, programmé pour gagner, a pensé à la ceinture nationale. « Je n'avais jamais fait ce poids-là, on a pris de bons sparrings, j'ai travaillé dur avec mon père et mon oncle », se souvient Romain, assis dans le salon, le visage marqué par le combat de la veille et attendant que ses amis lui apportent un hamburger et des frites. « C'était la première fois que je combattais dix rounds et l'une de mes satisfactions, c'est d'avoir mieux terminé que mon adversaire. Je pense qu'il était plus heureux que moi de finir. Dans la dernière reprise, il est venu me chercher et j'ai pris quelques risques. Je voulais lui montrer que j'étais là et encore bien... Je ne voulais pas gérer et donner au public le sentiment qu'un round de plus m'aurait été fatal. » Le jeune boxeur marque une pause puis précise, avec un léger sourire : « Une seconde, je me suis dit, "j'y vais ou pas" ? Et puis j'ai pensé que même s'il m'arrachait la paupière, je ne serais pas arrêté dans le dernier round.

 » Romain Jacob a donc foncé, pour offrir au public trois dernières minutes époustouflantes, pendant lesquelles il a reçu deux coups de tête. « Mais bizarrement, c'est trente secondes avant que je ne le mette au tapis, dans la quatrième reprise, qu'il m'a fait le plus mal. » Les coups assénés par le gaucher rennais ne sont pas à l'origine des trois pertes du protège-dents, qui ont valu au Calaisien un avertissement de l'arbitre.

La protection achetée récemment n'était pas adaptée à sa dentition et, pour le prochain combat, Romain Jacob se fera faire une nouvelle pièce sur mesure. « Chaque fois que j'ouvrais la bouche pour souffler, il tombait », raconte le boxeur, qui apprend là qu'un infime détail peut ralentir le chemin vers la gloire. L'avertissement, qui lui a coûté deux points, aurait pu avoir des conséquences plus dommageables si le combat avait été plus serré.

Cette mésaventure ne tracasse pas Romain Jacob, décontracté hier et insensible aux nombreux hématomes. « On récupère mieux quand on gagne », s'amuse-t-il avant de se replonger, avec son père et son ami Éric Dauchart, passionné de boxe, dans les souvenirs de ses stages en équipe de France.

Loquace comme jamais, Romain Jacob a parlé, pendant de longues minutes, de ses victoires passées et d'une défaite qu'il n'avait pas prévue lors des championnats du monde, en 2007. « Au premier tour, face à un Tunisien qui ne savait pas mettre un direct du gauche. » Une déconvenue qui lui a rappelé que même quand on est programmé pour gagner, la défaite est possible. Le plus dur commence désormais pour Romain Jacob, que des adversaires viendront défier pour lui ravir la ceinture de champion de France. •

OLIVIER PECQUEUX

Mille sept cents spectateurs vendredi : la boxe est toujours populaire à Calais

dimanche 12.06.2011, 05:08 - La Voix du Nord

mille-sept-cents-spectateurs-vendredi-1170331.jpgRomain Jacob a attiré de nombreux spectateurs sur son seul nom. Raphaël Tronché, chez les lourds, plaît lui aussi au public.

|  ON EN PARLE |

La salle Edgar-Quinet était pleine à craquer vendredi soir. Les 1 700 places ont trouvé preneur, preuve que la boxea toujours son public à Calais. Les spectateurs, véritables supporters pendant le combat de Romain Jacob, le Calaisien que la plupart ont vu grandir, ont aussi été enthousiasmés par la prestation de Raphaël Tronché, un poids lourd qui déménage. Les deux boxeurs de l'ABC ont fait le spectacle,le public en redemande.

PAR OLIVIER PECQUEUX

calais@lavoixdunord.fr PHOTOS JEAN-PIERRE BRUNET

1 La saga Jacob continue Tout a déjà été dit ou écrit sur la saga de la famille Jacob : les trois frères Thierry, Bruno et Hervé, champions dans les années 80 et 90, le neveu Stéphane, qui a marqué les années 2000, et l'incomparable Jacky, l'entraîneur de toutes les aventures. Vendredi soir, la ceinture de champion de France a été acquise sans la présence de Jacques, le patriarche, absent pour des raisons de santé. C'est à Romain, 22 ans, que revient désormais le devoir de prolonger l'histoire des Jacob sur les rings. Le public calaisien, qui a scandé le nom de Romain pendant dix rounds, a démontré qu'il reste fidèle à la boxe et aux Jacob qui ont tant fait rêver.

2 Un public de connaisseurs Les Calaisiens sont un peu chauvins et soutiennent les boxeurs de l'ABC Calais. Ils savent aussi reconnaître les qualités des combattants, comme en témoignent les encouragements pour cet étonnant Letton qui a continué d'avancer malgré les coups de massue de Raphaël Tronché. Le public a également apprécié l'affrontement sans retenue entre les deux sparrings-partners de Romain Jacob, qui ont livré un combat intense, terminant à bout de souffle. Et que dire de l'accueil réservé à Romain Jacob, poussé dans les moments forts, soutenu lorsque le public l'a senti en difficulté dans les sixième et septième rounds ? « Quelle ambiance, c'était vraiment fort », soupire Thierry Jacob qui a pourtant connu des combats à Qunet devant 2 400 personnes.

3 Raphaël Tronché, un spectacle à lui seul Au-delà du titre national de Romain Jacob et d'un gala plutôt réussi, la grande satisfaction de la soirée, c'est la confirmation du potentiel de Raphaël Tronché. Le poids lourd pesé à 100 kg est une attraction à lui seul. Quand il abandonne le peignoir pour dévoiler un quintal d'une musculature hors norme, le public est curieux de voir à quelle sauce l'adversaire sera mangé. Le Letton grassouillet et tatoué n'était pas aussi impressionnant, mais, en avançant sans cesse, il a donné le change. Il a bien résisté aux assauts de Tronché qui se qualifie lui-même de « puncheur mobile » et qui le prouve avec des rafales de coups comme sortis d'un jeu vidéo. Le Grand-Synthois est promis à une belle carrière selon le clan Jacob, « pourvu qu'il s'entraîne sérieusement », préviennent les observateurs. •

INTERVIEW DU NOUVEAU CHAMPION DE FRANCE

Comment vous sentiez-vous avant le combat ?

D'abord, je n'avais jamais été à ce poids là (58,300). Je m'étais pris à l'avance. De plus, j'ai effectué une grosse préparation tous les matins avec mon oncle Jacky puis le soir avec d'excellents sparrings. Du moins pour affronter Kasmi avant qu'il ne déclare forfait. C'est grâce à cette préparation que j'ai battu Sébastien Cornu, un gaucher. C'est différent de boxer devant un gaucher alors que je m'étais préparé à boxer un droitier. Mais j'avais les dix rounds dans le ventre et c'était le plus important. Cornu a fini plus éprouvé que moi. Je finis fort. Le dernier round a été spectaculaire, je sais que je menais aux points mais j'ai quand même pris des risques, pour montrer que j'étais là. Et pour le public aussi. Je pense que Cornu était plus content que moi d'entendre la cloche.
Quelle était la stratégie ?
On ne savait pas grand chose de lui. Je savais qu'il avait fait un bon combat contre Daouda Sow mais il s'agissait d'un duel entre gauchers. Et il est difficile de se baser là-dessus. Pendant deux-trois rounds j'ai fait attention. Cornu m'a touché au quatrième round, environ trente secondes avant que je ne le mette par terre sur un crochet gauche. Après, je ne voulais pas me précipiter.
On vous a vu plus économe à partir du sixième round...
Je donne énormément de coups quand je boxe. Mais ça me fatigue aussi. Aux sixième et septième rounds, j'essaie de gérer et d'accélérer dans la dernière minute. Mais Cornu avait beaucoup d'expérience, je devais me méfier. Et bizaremment, le fait de gérer le combat m'a émoussé. Alors, je suis reparti plus fort au huitième round.
Par trois fois, votre protège-dents vous a échappé...
Avant, j'avais un bon protège-dents que j'avais réalisé sur-mesure. Mais j'ai dû me faire poser un bridge dentaire et il ne m'allait plus. J'en ai acheté un dans une grande surface de sport mais il ne m'allait pas. En soufflant, je le perdais. Mais ce n'était pas un truc pour récupérer.
Que va-t-il se passer maintenant? 
D'abord des vacances. Après on verra. J'espère remettre mon titre en jeu  en octobre ou novembre 2011.

ROMAIN ; UN AUTRE JACOB DEVIENT CHAMPION !

11729a.jpg

C’est dans une salle Edgard Quinet pleine à craquer que s’est déroulé le championnat de France entre Romain Jacob (13 victoires) et Sébastien Cornu (9 victoires, 8 défaites, 3 nuls). Cette salle a accueilli déjà bon nombre des exploits de la famille Jacob. Le parterre d’invités était richement garni avec la présence de Julien Lorcy, Antoine Montero, Karim Chakim…

Après un round d’observation où les hommes se sont jaugés malgré quelques accélérations, le local se montre plus actif à partir de la seconde reprise avec de beaux échanges au milieu du ring. A partir du troisième round Romain Jacob prend le combat à son avantage, les engagements se durcissent mais restent propres l’arbitre n’ayant alors qu’à intervenir encore que très peu. Sébastien Cornu est plus attentiste et semble chercher le coup dur. 
Ce dernier arrive cependant dans l’autre sens ; au Round suivant le rennais est envoyé au tapis et est compté huit sur un crochet gauche à la face. Le public en délire semble alors penser que le match va s’abréger, c’était sans compter sur le terrible courage de Sébastien Cornu qui laisse passer la tempête et se remet finalement assez vite dans le combat avant de monter en puissance. 
Au 5eme round le match monte encore d’un cran et Sébastien Cornu prend le dessus, faisant tomber par deux fois le protège dent de Romain Jacob. Le rennais ébranle plusieurs fois le calaisien qui est averti par l’arbitre au 6éme round pour avoir rejeté son protégé dent une troisième fois ce qui par ailleurs ne ravit pas le public… La fatigue se fait ressentir et les accrochages se multiplient

11729b.jpg

Au 7eme round tout semble alors encore possible, les deux pugilistes ne lâchent rien, Romain Jacob reprend tout de même le dessus et éprouve plusieurs fois son adversaire. Se sachant en avance, le fils de Thierry boxe en reculant aux 8eme et 9eme, piquant son adversaire avec des directs. Au dernier round Romain Jacob semble vouloir terminer avec panache et faire plaisir à son public. Il accepte la guerre avec Sébastien Cornu qui visiblement fatigué lui rend la dragée haute, les deux hommes épuisés semblent pouvoir encore l’emporter tout les deux sur un contre, le combat va cependant à son terme.
Le calaisien l’emporte à l’unanimité avec deux généreux 98-92 et 98-90, le score du dernier arbitre est un plus logique 95-93.

11729c.jpg

Dans la même soirée le local Raphael Tronche (3 victoires) l’emporte dans un combat de poids lourds aux points au terme des quatre reprises contre Remigijus Ziausys (14 victoires, 38 défaites 3 nuls). Apres avoir boxer intelligemment en reculant afin de passer de puissants coups isolés puis de belles séries, Raphael Tronche met la marche avant à partir du 3eme round désirant visiblement mettre KO son adversaire. Le lithuanien offre une très belle résistance et se permet même de placer un superbe uppercut dos aux cordes dans le denier round. Un beau combat de rentrée pour Raphael Tronche, régulièrement sparring de J.Duhaupas, qui n’avait pas boxé depuis 18 mois

Le troisième combat a vu s’opposer le Leton Jevgenlis Kirillovs(6 victoires 11 défaites) et l’auxerrois Yohan Portailler (6 victoires 2 défaites) tout deux sparrings de Romain Jacob. Durant les deux premiers rounds le letton semble plus à l’aise et lâche des droites qui touchent bien. Au troisième round Yohan Portallier fait parler sa puissance, bloque bien les coups et met Kirillovs dans le rouge. Au round suivant ce dernier se méfie visiblement de la puissance du français. Le cinquième round est assez équilibré. Lors de la sixième et dernière reprise Portalier monte en rythme mais manque de jus pour placer un KO, il emporte finalement la décision des juges. 

Après le combat, nous avons pu poser quelques questions au Team Jacob.
NB: Peux tu nous parler de ton combat ? 
Romain Jacob : Au début j’ai eu du mal à m’adapter il était très dur. Mais le principal est là j’ai la ceinture.

NB: Tu es très calme est ce la fatigue ? 
RJ : Oui, mai j’ai aussi du mal à réaliser… je pense aussi à toute ma famille qui m’a aidé et soutenu et à mon grand père (le premier boxeur de la famille) qui n’a pas pu venir…

Sous le coup d’un combat très dur et visiblement débordé par l’émotion nous avons préféré laissé le champion de France tranquille et poser quelques questions à son père.

11729d.jpg

NB: Peux tu nous parler du combat ? 
Thierry Jacob : J’ai envie de dire : le boulot paye. On a fait une grosse préparation et il y a aussi deux années de travail derrière ça.

NB: C’était il est vrai un projet de long terme 
TJ : Oui on a tenté un sans faute, depuis que Romain est pro on l’a fait monter étape par étape. La première grosse échéance fut le combat prévu en 8 round contre Benbiou. On pensait faire le championnat un peu plus vite, mais la blessure de l’année dernière nous a fait perdre environ 6 mois.

NB: Quels sont les projets ? 
TJ : Des vacances !! A la rentrée on verra ensuite pour défendre le titre.

NB: L’ambiance était terrible ce soir, Calais est toujours une ville de boxe ? 
TJ : Oui un grand merci au public pour tout son soutien ils ont été formidables. Merci aussi aux sparings qui ont fait un gros boulot.

Charles MERLEN, Netboxe

Le soir où Thierry Jacob a vu son fils devenir champion de France de boxe

samedi 11.06.2011, 05:08 - La Voix du Nord

le-soir-ou-thierry-jacob-a-vu-son-fils-1168447.jpg

|  LE MATCH DE L'ENTRAÎNEUR |

Tendu, le visage fermé, Thierry Jacob a glissé un mot à l'oreille de son fils Romain avant l'hymne national.

Dès le premier coup de gong donné, l'ancien champion du monde devenu entraîneur couche son bras gauche sur le ring, se penchant pour distiller ses conseils. À son côté, Jacky Jacob, qui lui aussi hurle ses directives. Pendant tout le combat, les deux hommes donnent de la voix.

Le combat est serré, les coups précis, douloureux pour le père qui met deux bras sur le ring, puis le pied, avant de bondir au son de la cloche. Bouillant, le visage rouge, Thierry Jacob étale la pommade sur le visage de son fils qui vient de passer le cap des deux premiers rounds, tant redouté par l'entraîneur. « Allez ! », glisse Thierry à son fils en lui tapant dans le dos à l'entame du troisième round. Une minute plus tard, Cornu est au tapis. Thierry Jacob se met alors en retrait, muet, se pinçant les lèvres pour contenir son émotion.

Les rounds s'enchaînent et le père de Romain, rassurant, acquiesce de la tête, lève le pouce vers le haut. Jusqu'au dixième round où Thierry parle plus longuement à Romain, l'étreint, puis lui tapote le dos. Les trois minutes qui suivent, spectaculaires, sont un régal pour la salle. Insoutenables pour Thierry. Jusqu'au coup de gong de la délivrance où le père se jette sur son fils, le prend par la taille et le lève en guise de victoire. Thierry Jacob a enfin le sourire et, sans attendre le verdict, demande au public d'acclamer son fils. •

O. P.

Championnat de France professionnel super-plumes : Romain Jacob reste sur les traces de son père

samedi 11.06.2011, 05:08 - La Voix du Nord

championnat-de-france-professionnel-su-1168439.jpg

|  ON EN PARLE |

Au terme d'un combat d'une grande intensité, Romain Jacob a remporté son premier titre national professionnel. La belle histoire du clan Jacob se poursuit...

PAR YVES-MARIE CHOPART

calais@lavoixdunord.fr PHOTOS JEAN-PIERRE BRUNET

Un Jacob qui boxe à Calais dans une soirée de gala sans enjeu, c'est déjà l'assurance d'une salle Edgar-Quinet bien remplie. Alors quand un Jacob dispute un titre national, la mythique salle calaisienne, berceau de nombreux épisodes de la saga d'une famille en or, est toute proche de l'implosion. Ainsi hier, pour le championnat de France professionnel des poids super-plume opposant Romain Jacob, le petit dernier de la (grande) classe, au Rennais Sébastien Cornu, les 1 700 places mises à disposition avaient trouvé preneurs.

Il faut dire que le rendez-vous s'annonçait détonnant entre deux garçons soucieux de prendre la succession de Kasmi au palmarès. Historique, également, le Calaisien, en cas de victoire, devenant alors le premier Français, fils de champion du monde, à gagner une ceinture tricolore. Honneur qu'avait raté avant lui Marcel Cerdan Junior... Après un premier round d'observation, Romain Jacob, dès la deuxième reprise, haussait le rythme. Cornu, avait beau faire preuve d'un bon jeu de jambes, le Calaisien, volontaire au possible, marquait déjà son territoire d'un crochet gauche au foie. De bon augure. La domination du fils de Thierry s'accentuait dans le troisième round et le Rennais, touché deux fois au corps, montrait déjà quelques signes d'essoufflement.

Et ce que l'on pressentait survenait à la quatrième reprise. En dépit de sa bonne mobilité, Cornu pliait. Sur un crochet gauche, le Breton allait au tapis.

Restait à connaître sa capacité de résistance. Très bonne en l'occurrence, l'adversaire du Calaisien, malgré les assauts répétés de ce dernier, terminant en meilleure condition la cinquième reprise que la précédente. Le sixième round était équilibré. Romain Jacob, face à un attaquant de vocation, était même sanctionné d'un avertissement pour avoir perdu trois fois son dentier. L'affaire n'était pas si simple... Dans un duel acharné, face à un rival « diesel », Jacob se faisait violence pour calmer les ardeurs d'un rival ayant repris une bonne dose de confiance.

Finalement, dans un combat de très haute tenue, le fossé entre les deux garçons était infime. Au bénéfice d'un dernier round mené avec courage, Romain avait le dernier mot en asphyxiant Cornu. Le Calaisien était sacré champion de France. Il est bien dans la lignée de son père

Pesée sans encombre pour Romain

307_image_09062011202908.jpg

Romain Jacob (58,300) a fait connaissance avec Sébastien Cornu (58,800)

 

306_image_09062011202818.jpg

De gauche à droite: Jacky Jacob, Jean-Marie Thomas, Antoine Montero, Jean-Pierre Boulin, Thierry Jacob et Gérard Teysseron.

305_image_09062011202616.jpg

Intimes moments entre l'ancien champion du monde et son fils.

304_image_09062011202530.jpg

Rpahel Tronche (ABC Calais, 100kg) sera opposé au Letton Remigijus Ziausys (99 kg)

 

303_image_09062011202401.jpg

Jevgenijvs Kirrilovs (61kg) affrontera Yohann Portailler (61) kg, tous deux sparrings de Romain.

Dernière conférence de presse de Romain Jacob

Lundi midi, dans les locaux du Casino de Calais, Romain Jacob a donné son ultime conférence de presse avant son championnat de France qui va l'opposer, vendredi soir, salle Edgar-Quinet à Calais, à Sébastien Cornu (CPB Rennes), pour le titre vacant des super-plumes.

Avez-vous digéré le changement d'adversaire ?

"Oui. Je devais boxer Kasmi, un droitier de ma taille et je vais avoir devant moi Cornu, gaucher et plus grand. Mais je vais m'adapter. En amateur, on découvrait souvent les caractéristiques de l'adversaire sur le ring. Lors de mes trois dernières journées d'entraînement, j'ai demandé à mes sparring de se mettre en gaucher. Pour Kirillovs, c'était faicle, c'est comme ça qu'il préfère boxer"

Qu'allez-vous faire durant votre mise au vert ?

"D'abord rester au calme. Je vais chercher à me distraire avec de la lecture, des films"

Que pensez-vous de Sébastien Cornu?

"C'est un homme dur au mal. Il est plus puissant que Kasmi mais bon, à ce niveau, il faut se méfier de la frappe de tous les boxeurs. J'ai vu sur Internet des images de son combat contre Daouda Sow mais je ne peux pas en retirer grand chose, il s'agissait d'un choc entre gauchers"

Quand on s'appelle Jacob, qu'on a un père champion du Mode, des oncles et un cousin champions d'Europe et de France, a-t-on une pression supplémentaire?

"Non. Je suis né avec ce nom et cet héritage. Pour moi, il s'agit plus d'une source de motivation".

Et en cas de succès ?

"Je ne pense pas à ça. Je pense uniquement à prendre le titre vendredi soir.

Philippe blet, président de l’agglomération Cap Calaisis: « je tiens à saluer la qualité de l’homme. Et son intelligence sur le ring. Romain est un beau signal pour notre territoire, un exemple pour nos jeunes, il défend les mêmes valeurs que l’agglomération. Nous soutenons Romain avec un vrai plaisir, et nous serons là vendredi pour le démontrer ».

302_image_07062011075416.jpg

e gauche à droite: Gilles Cocquempot (député), Jacky Jacob, Jean-Marc Leroy (adjoint aux sports), Romain Jacob, Therry Jacob, Jean-Pierre Boulin (speaker officiel) et Philippe Blet, président de Cap Calaisis.

Article paru sur Netboxe.com

R.JACOB: "DEVENIR LE NUMERO 1 EN FRANCE"

En pleine préparation du championnat de France des poids super-plume Romain Jacob (12-0, 6 KO), le fils de Thierry (ancien champion du Monde WBC des poids super-coqs) nous à accordé quelques instants pour faire le point pour Netboxe sur son entrainement et ses projets. Alors qu’il devait initialement affronter le champion en titre Samir Kasmi* , le sociétaire de l’ABC Calais croisera le cuir contre Sébastien Cornu (9-7-3, 6 KO) le 10 juin prochain pour le titre vacant.

11712a.jpg

Romain en compagnie de Yoann Portailler

NB: Ton grand père était boxeur, tes oncles l’ont tous été, était ce naturel pour toi de pratiquer ce sport ?
C’est vrai, je suis né dans la boxe. Je les ai vus boxer quand j’étais petit. Avec mon frère on jouait à la boxe à deux en faisant des combats dans notre chambre ! Je faisais aussi du foot quand j’étais jeune, mon père ne voulait pas que je pratique la boxe. Je suis quand même allé à la salle, mon grand père m’a soutenu et a dit à mon père qu’il l’avait laissé devenir boxeur et qu’il devrait faire pareil avec moi. Quand il a vu que finalement ça se passait bien pour moi il a été convaincu.

NB: Quel est ton état d’esprit avec ton combat pour le titre national du 10 juin ?
Je suis concentré et on se prépare le mieux possible.

NB: Justement parles-nous un peu de ta préparation
Le principal est de n’avoir aucun regret et on fait tout pour. J’ai commencé par le physique avec de grosses séances de jogging. Depuis deux semaines je fais des mises de gants avec deux sparrings différents, on multiplie les rounds.

NB: Parle-nous de ton adversaire
Je le connais assez mal, mon père est allé le voir boxer. C’est un bon boxeur, dur au mal, ce ne sera pas un combat facile

NB: Que représente pour toi ce titre national ?
C’est très important, je ne veux pas le laisser passer et je vais tout faire pour l’obtenir.

11712b.jpg

Romain à la corde sous les yeux de son oncle Jacky
NB: Ta catégorie est assez riche en France, il y a des boxeurs que tu voudrais rencontrer ?
L’essentiel est d’abord de devenir le numéro 1 avec le titre. Ensuite je verrai au fur et à mesure. Karim Chakim est champion de l’Union européenne, il devrait se battre pour le titre européen, si nous remportons nos échéances respectives pourquoi pas le rencontrer dans les mois à venir. Mais je veux rester concentré sur le titre national et après on verra.

NB: La boxe en France n’est pas au mieux; qu’en penses-tu ?
Il n’y a pas assez de médias et c’est dur de relancer la boxe sans télé. Sans ces moyens il est difficile de laisser leur chance aux boxeurs. En plus on est professionnel sans vraiment l’être, je suis obligé de prendre des congés sans solde pour préparer le titre, vendredi je me bat et lundi je retourne au boulot. D’ailleurs mon père a été champion du Monde WBC, a eu une belle et longue carrière mais aujourd’hui il travaille même si c’est vrai que la boxe a amélioré son quotidien.
NB: Aurais tu un message à passer aux internautes ?
C’est gentil de leur part de soutenir la boxe. NetBoxe est un très bon site qui met en avant des boxeurs français pas toujours médiatisés et c’est agréable.11712c.jpg

Les précieux conseils d'un pére à son fils
NetBoxe a profité de l'occasion pour interroger Thierry Jacob. Le père de Romain fut un trés grand champion du Monde et il demeure une figure emblématique du noble art. Il est aussi un rouage essentiel dans la réalisation de la carrière de son fils.
NB: Thierry, cela fait longtemps que vous évoluez dans le milieu de a boxe, est ce plus difficile aujourd’hui de mettre sur pied des réunions qu’il y a 10, 20 ou 30 ans?
Oui, organiser une réunion comme celle du 10 juin avec cinq combats professionnels c’est devenu très dur. Le problème principal c’est que les boxeurs touchent moins qu’avant.

NB: Que faudrait- il pour que la situation s’améliore ?
Le tout est que la tv revienne. "Ma chaine sport" fait du bon travail sur ce point, si de jeunes et bons boxeurs arrivent à percer je pense que la boxe a les moyens de repartir en France.11712d.jpg

* Cette interview a eu lieu avant le forfait de Samir Kasmi

Charles Merlen, le 03 Juin 2011

Samir Kasmi forfait, Sébastien Cornu challenger de Romain Jacob
 
L’ABC Calais a appris ce mercredi matin le forfait du champion de France Samir Kasmi, blessé à l’épaule. Celui-ci a immédiatement été destitué de sa couronne par la fédération française. Le nouveau co-challenger est Sébastien Cornu, qui affrontera Romain Jacob pour l’obtention du titre désormais vacant des super-plume à Edgar-Quinet. Sébastien Cornu termine actuellement sa préparation. Il devait boxer le 10 juin contre un
sparring-partner du Calaisien.

De sacrés séances d'entraînement à l'ABC Calais

Les boxeurs ont beaucoup sué mardi soir à la salle d'entraînement de la famille Jacob. Sur le premier ring, Romain croisait le cuir avec son troisième sparring-partner Yohan Portailler. A quelques mètres de là, le poids lourds de l'ABC Calais Raphaël Tronché effectuait six reprises intenses devant le numéro un français de la catégorie (derrière Jean-Marc Mormeck), Johann Duhaupas (30 ans, 27 combats, 26 victoires dont 15 avant la limite). Enfin, c'est le poids mouches calaisien Norredine Dahou qui s'est frotté au Letton Jevgenivs Kirrilovs.

Les trois pugilistes de l'ABC seront à l'affiche de la grande soirée du 10 juin où Romain tentera de devenir champion de Frace des poids super-plumes.

301_image_01062011133210.jpg

Romain Jacob et Yohan Portailler

300_image_01062011133136.jpg

Raphael Tronché et Yohan Duhaupas.

Les élus  du Calaisis à l'entraînement de Romain Jacob

Cette semaine, les élus du Calaisis ont assisté à une séance d'entraînement de Romain Jacob. Ils ont tous confirmé leur présence le 10 juin prochain, salle Edgar-Quinet à Calais pour soutenir leur favori.
Etaient présents, de gauche à droite: Teddy Lauby, responsable de la section locale du parti socialiste, Olivier Majewicz, vice-président du conseil général du Pas-de-Calais, Yann Capet, conseiller régional de la région Nord-Pas-de-Calais, venu avec son assistant Stéphane Woille, Marcel Pidou, vice-président à la politique de la ville de l'agglomération Cap Calaisis, Jean-Marc Leroy, adjoint au maire de Calais en charge des sports, Maïté Friscourt, adjointe au maire de Calais en charge de la jeunesse et enfin Philippe Blet, président de l'agglomération Cap Calaisis et premier adjoint au maire de Calais.299_image_27052011210759.jpg

Alex Bone (Equateur), second sparring partner de Romain Jacob

Cette semaine, Romain Jacob aura deux sparring partners pour partager les séances de mises de gants. Après le Letton Jevgenis Kirrilovs, l’Equatorien Alex Bone sera dès ce lundi soir présent à la salle d’entraînement du Calaisien.

Alex Bone est âgé de 26 ans, il vit en Espagne et possède un profil similaire à celui de Samir Kasmi, champion de France des super-plumes, que Romain affrontera le vendredi 10 juin salle Edgar-Quinet.

Son palmarès est de 21 combats professionnels (il a boxé dans plusieurs pays européens : Italie, Finlande, Espagne, France, Portugal…) et compte 7 succès et 2 matches nuls.

En décembre dernier, il a fait match nul avec Devis Boschiero, champion d’Italie des super-plumes, chez lui à Veneto. Il a également rencontré le challenger européen des poids légers, l’Irlandais Andy Murray en décembre 2009 (courte défaite aux points, 58 à 56).

L’Equatorien restera une semaine à Calais.

298_image_25052011105346.jpgromain Jacob et l'Equatorien Alex Bone.

NORD LITTORAL

BOXE A vingt jours de son combat contre Kasmi

Romain Jacob dans la seconde phase de sa préparation

samedi 21.05.2011, 06:00

703935-romain-jac-4dd61e45.jpg.jpg

 

Le 10 juin, le Calaisien Romain Jacob tentera de conquérir le titre de champion de France des super-plumes face au tenant du titre, le Francilien Samir Kasmi.


A vingt jours du combat le plus important de sa jeune carrière, il est entré cette semaine dans la seconde phase de sa préparation avec au menu travail de résistance le matin et séances de mise de gants le soir.

La salle Courtimmo, nichée au fin fond du quartier du Pont-du-Leu, respire les effluves des soirées de gala qui approchent. Le patriarche, Jacques Jacob, qui ne fréquente plus beaucoup la salle, est même de sortie. Il est venu jeter un oeil à la quatrième mise de gant de la semaine entre son petit-fils et le Letton Jevgenijs Kirillovs qui lui donne la réplique depuis quelques jours. Un bien beau bébé que ce boxeur de l'Est, qui sera au programme de la soirée du 10 juin, et qui propose à son adversaire cinq rounds d'une rare intensité. « Je l'ai découvert à Paris. J'ai vu qu'il boxait un peu comme Kasmi », relate Jacky Jacob. Ce jour-là, Kirillovs s'était payé le luxe d'envoyer au tapis Daouda Sow, le vice-champion olympique 2008. Aussi, lorsque Youness Laribi, le premier qui devait servir de sparring partner à Romain Jacob a déclaré forfait, le clan a-t-il pensé au Letton. Il ne le regrette pas. « Il est très fort, confirme Thierry Jacob. Comme il est jeune, il a du mal au-delà de cinq, six reprises. Mais il travaille bien. » Et de fait, les Jacob ne demanderont pas plus de cinq rounds au jeune boxeur qui sort lessivé. «  J'ai mal aux bras, on sent que c'est la fin de semaine », souffle quant à lui Romain Jacob en ce jeudi soir. Ce qui ne l'empêche pas de s'astreindre dans la foulée à une intense séance de sac.
Dès le lendemain matin à huit heures, Romain Jacob poursuit le travail en alignant cette fois les tours de piste au stade du Souvenir juste avant une séance de musculation d'une heure. « On a commencé la préparation par des footing de trente minutes, puis d'une heure autour de la base Tom-Souville  », explique Jacky Jacob qui a dirigé les préparations de ses frères Thierry, Bruno et Hervé avant de s'atteler à celles de son fils Stéphane puis aujourd'hui auprès de Romain. Avec une méthode qui n'a pas évolué au fil des ans. « Pourquoi changer quelque chose qui fonctionne bien ? », s'étonne-t-il. A quatre semaines de son rendez-vous avec Kasmi, le foncier est en place et le boxeur travaille dorénavant en fractionné. Quatre plots disposés autour de la piste délimitent les zones où Romain Jacob doit accélérer l'allure. Ce matin, il est accompagné d'Eric Lecoustre, un chauffeur de Calais Opale Bus qui vient régulièrement courir avec lui avant d'aller au travail, comme il le faisait déjà à l'époque de Thierry.
Jacky, lui, surveille d'ordinaire que son poulain respecte bien les temps de passage avec un tour approximativement englouti en une minute trente. Cette fois, il a rangé le chronomètre au fond de la poche et il s'inquiète à chaque tour des sensations de son neveu qui a ressenti la veille à l'entraînement une pointe au mollet. « Ça ne sert à rien qu'il force. Il risquerait de se faire une déchirure et là, on en a pour trois semaines.
 » On est vendredi et Romain Jacob mettra à profit les deux jours de repos du week-end pour récupérer de cette douleur bénigne.
Car lundi matin, c'est reparti pour un programme identique. Les mises de gant s'effectueront cette fois avec Alex Bone, un Equatorien qui réside en Espagne, en poussant jusque huit reprises. Puis dix la suivante. Il n'y a que la semaine précédent son combat que le Calaisien ralentira la cadence pour faire du «  jus ». Et déjà, les dés seront (presque) jetés.

Philippe LEFEBVRE 

LA VOIX DU NORD

À un mois de son championnat de France, Romain Jacob est en pleine préparation physique

mardi 10.05.2011, 05:08 - La Voix du Nord

A-un-mois-de-son-championnat-de-france-1108942.jpg

|  LE VISAGE DE L'ACTUALITÉ |

Dans un mois jour pour jour, Romain Jacob tentera de décrocher la ceinture de champion de France des poids super-plumes détenue par Samir Kasmi (Noisy). En pleine préparation physique,le fils de Thierry ne ménage pas ses efforts.

PAR ÉRIC DAUCHART
calais@lavoixdunord.fr
1 Le report du combat.- Initialement prévu le 20 mai, le championnat se déroulera le 10 juin. Un contretemps intervenu après une blessure de Samir Kasmi, nécessitant trois semaines d'arrêt. « J'étais un peu déçu sur le coup. C'était le début de ma préparation, j'ai dû couper deux semaines mais sans arrêter totalement. Je continuais d'aller à la salle, sans forcer », lance le challenger qui explique se sentir « serein. Au début de ma préparation, je me posais des questions. Mais plus ça avance, plus je prends confiance ».
2 La préparation.- À un mois du combat, Romain est en pleine préparation physique. Il enchaîne footings et musculation le matin, travail technique le soir. « Pendant une semaine et demie, j'ai couru dix kilomètres autour de la base de voile de Sangatte. Depuis mercredi dernier, je passe à 12,5 km. Et la semaine prochaine, on travaillera la résistance à la Citadelle avec Jacky. En équipe de France amateurs j'avais déjà connu ce style de préparation mais beaucoup moins poussée. Pour l'instant ça va, je digère bien », poursuit-il. Romain ne craint pas non plus la distance des dix reprises, une première pour lui : « j'ai déjà combattu deux fois en huit reprises et, malgré une préparation moins intense, ça s'était bien passé. Je serai prêt ».
3 Les sparrings-partners.- Lundi prochain, Jacob va entamer la première de ses trois semaines de sparring-partner. Tous les jours, il croisera les gants avec l'Italo-Marocain Youness Laribi, qu'il a battu en novembre à Calais. Il arrive ce week-end. « J'attends ça avec impatience. J'aime bien mettre les gants, on rentre enfin dans le vif du sujet, dans la tactique », souligne-t-il.
4 L'adversaire.- Samir Kasmi est double champion de France. Il a pris le titre en janvier face à Joël Durand (KO, 2e round) et l'a défendu avec succès début avril devant Sylvain Chapelle (victoire aux points). Romain a pris le temps de visionner les quatre premiers rounds de ce dernier combat : « je m'attends à un combat très difficile. Kasmi est un bon boxeur, imprévisible. En tant que challenger, je vais devoir aller au charbon. Et me méfier de ses coups : il a mis KO Durand en cinq minutes ! ».
5 Le poids.- Pour la première fois de sa carrière, Romain Jacob boxera à la limite des super-plumes, soit 58,967 kgs très précisément. Le poids, ennemi du boxeur ? « Non, je suis content de ma perte de poids. Je pèse actuellement 60,5 kgs et je n'ai pas encore mis les gants. Je ne fais pas non plus de régime strict. Je fais attention en suivant les conseils de ma diététicienne », termine-t-il. •

Jevgenijs Kirillovs est à Calais

Romain Jacob peut enfin mettre les gants... Il attendait ça depuis un long moment. Depuis lundi soir, il croise le cuir avec le Letton Jevgenis Kirillovs pour des séances allant de quatre à six rounds.

297_image_17052011103925.jpg

Débuts ce soir de Jevgenijs Kirillovs, premier sparring partner de Romain Jacob

Les séances d’entraînement de Romain Jacob montent en puissance à partir de ce lundi 16 mai. C’est le Letton Jevgenijs Kirillovs qui croisera le premier les gants avec le Calaisien.

Il remplace l’Italo-Marocain Youness Laribi, appelé à disputer un combat dans les prochains jours. Le Letton devrait rester entre deux et trois semaines à Calais. Kirillovs s’est récemment distingué en faisant jeu égal avec Daouda Sow, vice-champion olympique en 2008 et n°1 français des poids légers, se payant même le luxe de l’envoyer au tapis. Il est également un ancien adversaire du champion de l’Union européenne des super-plumes Karim Chakim et de l’ex-champion de France des plumes Guillaume Fresnois. Agé de seulement 21 ans, il possède 17 combats professionnels à son actif, dont 6 succès et un nul.

Youness Laribi sparring-partner de Romain Jacob

Le boxeur marocain Youness Laribi, qui vit dans le Piémont en Italie, sera l'un des sparring-partners de Romain Jacob. Youness Laribi a affronté Romain le 12 novembre dernier, salle Edgar-Quinet à Calais. Il a été battu aux points, en montrant un aspect offensif qui a plu à Thierry Jacob.

Duke Mc Kenzie supportera Romain

Duke McKenzie, ancien champion d'Europe et du Monde, et ancien adversaire de Thierry Jacob un soir du 30 septembre 1990, sera présent le vendredi 10 juin à l'occasion du championnat de France des super-plumes entre Romain Jacob et Samir Kasmi. Le pugiliste britannique, consultant pour la télévision, a confirmé l'information à Thierry Jacob. Il lui avait promis de venir lors de ses émouvantes retrouvailles avec le champion calaisien, en 2009. Autres personnalités présentes: Jean-Claude Bouttier, qui commentera le combat pour "Ma chaîne sport" mais aussi le directeur technique national Dominique Nato, qui remettra la ceinture au vainqueur.

Une nouvelle ceinture bleue-blanc-rouge !

La fédération française de boxe a créé une nouvelle ceinture de champion de France de boxe professionnelle. Toujours de couleur noire, elle est plus large que la précédente. On peut l'admirer sur le site de la FFB. Elle sera délivré le vendredi 10 juin au vainqueur du combat entre Romain Jacob et Samir Kasmi.

Les supporters de Kasmi seront là !

Dès le premier jour de l'ouverture de la location des places pour le championnat de France, les supporters de Samir Kasmi ont passé réservation. Ils seront une vingtaine (pour l'instant), à venir encourager le pugiliste de Noisy dans les tribues de la salle Edgar-Quinet.

Championnat de France: ouverture de la location le lundi 2 mai

La location des places pour le championnat de France des super-plumes entre Romain Jacob (challenger) et Samir Kasmi (tenant du titre) ouvre ce lundi 2 mai.
Le combat se déroulera le vendredi 10 juin, salle Edgar-Quinet à Calais. Début du gala à 19h30.
Les places sont à retirer au café Le Galopeur, 99 boulevard de l'Egalité à Calais. Tel : 03.21.96.47.44
Pour les comités d'entreprises, merci de contacter le 06.17.76.16.94
Prix des places: 10 euros (gradins non numérotés), 30 euros, 40 euros (chaises numérotées).

296_image_29042011162344.jpg

Le championnat de France reporté

Vendredi soir, Samir Kasmi a défendu victorieusement, et par dérogation, sa couronne nationale des poids super-plumes. Il a battu aux points Sylvain CHapelle. Mais au cours de cet affrontement, Kasmi a été ouvert à l'arcade droite. Selon son entraîneur Joseph Germain, "Samir souffre d'un hématome sous la coupure qui elle, a nécessité six points de suture. Le médecin lui a fait un arrêt de travail de 24 jours. Il ne pourra donc pas se rendre à Calais le 20 mai".

Thierry Jacob a proposé une nouvelle date: le vendredi 10 juin, qui a été acceptée par le clan Kasmi. Le combat se déroulera toujours salle Edgar-Quinet, et toujours devant les caméras de "Ma Chaîne Sport". Ce report n'arrange pas les affaires du clan calaisien: Romain avait déjà débuté sa préparation depuis une semaine et les saprrings partenrs du Calaisien étaient déjà retenus. C'est donc oute une organisation qu'il faut revoir, provoquant la colère de Thierry Jacob.

Thierry Jacob ce soir à Clichy, Youness Laribi, premier sparring

Thierry Jacob sera ce soir accompagné de Romain et de son frère Jacky pour assister au championnat de France des poids super-plumes qui opposera le champion Samir Kasmi à Sylvain Chapelle. Une défense par dérogation qui se déroule à Clichy. Le vainqueur rencontrera Romain le vendredi 20 mai, salle Edgar-Quinet.

Par ailleurs, Youness Laribi, Marocain vivant en Italie, et ancien adversaire de Romain en novembre dernier, sera le premier sparring-partner du Calaisien, à partir du lundi 25 avril. Il restera deux semaines à Calais.

Début de la préparation pour Romain Jacob

Ce lundi 4 avril a débuté la préparation de Romain Jacob pour le championnat de France des poids super-plumes qui doit se dérouler le vendredi 20 mai à Calais. Le programme se compose cette semaine de footings le matin, suivis de séances de musculation à la salle d’entraînement. En fin d’après-midi, Romain retrouve la salle pour du travail spécifique. Le premier sparring-partner arrivera dans trois semaines. Pour mettre toutes les chances de son côté, le fils de Thierry a décidé de prendre un congé sans solde de ses fonctions d’agent territorial à Cap Calaisis.

Thierry présent vendredi à Paris

Vendredi soir, Samir Kasmi, champion de France des super-plumes, remet son titre en jeu par dérogation devant Sylvain Chapelle, ancien sparring-partner de Romain. Le combat se déroulera à Creil, devant les yeux de Thierry Jacob qui supervisera le futur adversaire de Romain. En effet, le vainqueur du combat sera présent le vendredi 20 mai pour défier le Calaisien, salle Edgar-Quinet.

CHAMPIONNAT DE FRANCE : C EST OFFICIEL !

292_image_10032011125911.jpgDe gauche à droite: Yann Capet, conseiller régional, Philippe Vasseur, conseiller général, Marcel Pidou, vice-président de l'agglomération Cap Calaisis, Thierry Jacob, Romain Jacob, Jean-Marc Leroy, adjoint aux sports de Calais et Jacky Jacob.

 

Ce jeudi 10 mars, dans les locaux de l'hôtel des Dunes de Blériot-Plage, Thierry Jacob  a présenté le championnat de France des poids super-plumes qui se déroulera le vendredi 20 mai, salle Edgar-Quinet à Calais.

Le combat opposera le tenant du titre Samir Kasmi à Romain Jacob.

Il sera diffusé en direct sur Ma chaîne sport et commenté par le duo Jean-Philippe Lustyk-Jean-Claude Bouttier, ce même duo qui officiait lorsque Thierry Jacob est devenu champion d'Europe des coqs, en septembre 1990, dans cette même antre Edgar-Quinet.

L'organistation du combat a été rendu possible grâce à l'aide des collectivités territoriales: ville de Calais, agglomération Cap Calaisis, conseil général du Pas-de-Calais et conseil régional Nord-Pas-de-Calais.

Ils ont dit...

Romain Jacob:"Je ne ressens pas encore la pression. Elle viendra au fur et à mesure de ma préparation. Je vais commencer par des footings, du fractionné, de la musculation puis il y aura des mises de gants avec des sparrings partners. Sans oublier de faire le poids. J'ai vu une video de Samir Kasmi sur internet, devant Osman Atkas. Et si Kasmi doit boxer avant contre Sylvain Chapelle, j'irai voir le combat".

Thierry Jacob :"Je tenais à ce que le championnat de France ait lieu dans la salle Edgar-Quinet, où je suis devenu champion de France et champion d'Europe. Pour moi, ce sera très émouvant. Et puis cette salle est l'antre de la boxe, on jouera à domicile. Romain ne fera pas de nouveau combat avant le championnat. Cela couperait sa préparation. Après son arrêt de neuf mois à cause de sa tendinite, il a boxé en novembre, en décembre puis en février. Un bon rythme avant le championnat où il bénéficiera de trois sparring partners".

Jean-Marc Leroy, adjoint aux sports à la ville de Calais :" à Calais, on bénéficie d'un savoir-faire en matière d'organisation de championnats de France. Et la ville de Calais est très heureuse de le voir s'organiser ici. On est sûr que le public calaisien répondra présent, la salle Edgar-Quinet sera surchauffée et Romain aura le soutien de toute une ville"

Marcel Pidou, vice-président de l'agglomération Cap Calaisis :"nous avons toujours soutenu la famille Jacob. Je salue le patriarche, Jacques, dont j'ai assisté aux combats mais aussi son épouse, France ainsi que la femme de Thierry, Claudie. Elles jouent des rôles importants. Les Jacob sont les ambassadeurs du Calaisis et nous allons accueillir le 20e championnat de France disputé par un Calaisien sur ses terres. C'est exceptionnel !"

Philippe Vasseur, conseiller général du Pas-de-Calais : "le Département du Pas-de-Calais s'est engagé à être présent pour l'organisation du championnat de France. Ce qui entre dans le cadre plus global des Jeux Olympiques de 2012 à Londres. Nous sommes très contents que ce combat se déroule à Calais. Et je tiens à préciser que sans la famille Jacob, des délégations de boxe ne viendraient pas à Calais pour se préparer aux JO. Ce championnat sera un événement fantastique!"

Yann Capet, conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais : "nous sommes très heureux de voir l'ABC organiser ce championnat de France. Ce n'était pas évident et le premier défi est d'ores et déjà relevé. On espère maintenant que Romain réalisera le deuxième défi : remporter le titre. Cela nous promet une nouvelle belle épopée des Jacob, une famille qui fait partie du patrimoine calaisien. La salle Edgar-Quinet sera pleine, chauffée à blanc avec en plus, Jean-Claude Bouttier aux commentaires. Ce sera une belle soirée"

Qui est Samir Kasmi ?

- né le 1er janvier 1983

Professionnel

- 21 combats, 12 victoires, 1 nul, 8 défaites

- champion de France des super-plumes depuis le 29 janvier 2011, bat Joël Durand par KO au second round à Gaillard

- double finaliste du championnat de France des poids plumes. A fait match nul avec Osman Atkas le 15 novembre 2008 ; battu aux points par Osman Atkas le 15 novembre 2007.

- a battu l’ancien champion de France et champion de l’Union européenne Tuncay Kaya, le 1er mai 2008 aux points

- a affronté l’ex-champion de France des plumes Guillaume Frenois (défaite aux points le 12 juin 2007)

- a affronté l’ex-champion du Commonwealth des poids plumes Paul Truscott (battu aux points le 8 février 2008)

293_image_10032011201135.jpg

 

LES CHAMPIONNATS DE FRANCE DES CALAISIENS A CALAIS 

24 avril 1960, poids coqs : Elysée Castre fait match nul devant Mohamed Zarzi (combat en 15 rounds)

6 novembre 1960, poids coqs : Elysée Castre bat Mohamed Zarzi par abandon au 12e round

4 décembre 1960, poids coqs : Elysée Castre battu par Pierre Vetroff par arrêt de l’arbitre au 4e round

28 février 1965, poids super-légers : Daniel Deneux bat Fernand Nollet, aux points (en 15 rounds)

6 mai 1967, poids coqs :Kamara Diop battu par Antoine Porcel (KO, 10e)

9 mars 1968, poids mouches : Kamara Diop battu par Gérard Macrez, aux points (en 15 rounds)

13 décembre 1969, poids mouches : Kamara Diop battu par Gérard Macrez par arrêt de l’arbitre au 9e round

5 avril 1975, poids mi-lourds : Jannick Dufour battu par Christian Poncelet par arrêt de l’arbitre au 6e round

5 avril 1980, poids moyens : Michel Pagani battu par Jacques Chinon, par KO au 11e round (combat en 12 rounds)

16 mai 1981, poids super-plumes : Francis Bailleul bat Maurice Fico par arrêt de l’arbitre au 9e round

11 décembre 1981, poids super-plumes : Francis Bailleul fait match nul avec Alain Le Fol (en 12 rounds)

24 janvier 1987, poids coqs : Thierry Jacob bat Alain Limarola, arrêt arbitre 5e

                          poids plumes : Bruno Jacob bat Marc Amand aux points

21 mars 1987, poids plumes : Bruno Jacob bat Tony Gambino, disqualification au 6e round

12 mai 1990, poids plumes : Hervé Jacob battu sur blessure par Guy Bellehigue au 5e round

6 juin 1998, poids welters : Stéphane Jacob bat  Frédéric Noto aux points

27 novembre 1998, poids welters : Stéphane Jacob bat Ludovic Proto, aux points

12 mars 1999, poids welters : Stéphane Jacob bat Antoine Biggi aux points

23 juin 2001, poids welters : Stéphane Jacob bat Samir Cherrad, aux points

20 octobre 2001, poids welters : Stéphane Jacob bat Nassim Yahiaoui, aux points